Sous couvert de commisération à l’égard des nombreuses PME écrasées par la concurrence internationale, le patronat français presse le gouvernement de flexibiliser le marché du travail pour diminuer les coûts salariaux pesant sur la compétitivité, afin de relancer la création d’emplois.

Comme d’autres attendaient Godot, tous espèrent une improbable croissance salvatrice. Mais ce n’est qu’une attente comme on souhaite le soleil après la pluie car les politiques d’austérité qui partout sont à l’oeuvre ont pour première conséquence de comprimer l’activité.

2 – LEXIQUE DE MOTS GLISSANTS

Il est bien normal que, selon ses idées politiques et sociales, on ne donne pas le même contenu à la liberté, à la démocratie, à l’économie, à la sécurité, à la justice, à la paix. Si le débat a lieu cartes sur tables et dans la clarté, il est sain. Au-delà des mots franchement piégés, sournois, forgés pour tromper, il en existe d’autres générateurs de quiproquos, d’ambiguïtés, de confusions.

Haro sur les retraités … comme ses prédécesseurs. Ce gouvernement fait tout l’inverse pour les retraités. MC

Baisser le niveau de vie des retraités constitue donc un véritable danger pour notre économie : les retraités assurent plus de la moitié des dépenses de consommation, 64 % des dépenses de santé, 60 % de celles d’alimentation ou encore 58 % de celles d’équipement de la maison, selon le Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie.

Voilà bien le sujet qui fâche l’opinion publique, c’est bien l’emploi par le gouvernement des finances publiques issues de l’impôt que chaque contribuable paie. Que dire alors dont la façon est analysée le budget de la nation par les différentes organisations politiques. À vrai dire chacun tire à soi la couverture, démontre en fonction de son orientation, mais entre nous, n’existe-t-il qu’une seule façon de voir, d’appréhender les comptes publics ? MC