Alors que la révolution numérique devait inciter les entreprises à transformer leur organisation et passer d’un modèle pyramidal à une structure plus collaborative et transversale, une récente enquête révèle que les personnes interrogées ressentent davantage le côté hiérarchique plutôt que coopératif (62 % vs 38 %) et l’opacité au détriment de la transparence dans les processus de décision (63 % vs 37 %). Doit-on s’en étonner ?

« Je me suis fait avoir deux fois dans ma vie : quand j’ai cru que le ministère de la culture allait me donner de la thune pour libérer les gens par le théâtre et quand j’ai cru que la politique de la ville allait m’en donner pour faire une révolte. Mais ils ne vont pas nous donner de l’argent pour les décapiter ! »

Le bilan social 2014-2015 publié par le ministère de l’Enseignement Supérieur et la Recherche (ESR) relève 30 % de contractuels parmi les enseignants-chercheurs et près de 40 % parmi les personnels BIATSS (bibliothèques, ingénieurs, administratifs, techniciens de service et de santé). Les conséquences de cette précarité croissante sont dévastatrices pour l’ensemble du secteur et plus largement pour l’avenir du pays.

Un article sur une autre vision de la gestion du travail et dénonçant les processus managériaux actuels. A lire en entier. MC

Le travail ne se réduit pas à l’emploi. (…) Évoquer son travail, c’est parler de l’activité à laquelle on consacre la plus grande partie de sa vie éveillée, c’est parler de ce que l’on est, et de la place qui vous est reconnue dans la société, c’est parler de l’activité de création de richesses par laquelle le travailleur cherche à s’émanciper.

Face à la contestation fiscale qui persiste et à la contestation sociale qui s’amplifie chaque jour un peu plus, Jean-Marc Ayrault lance la contre-attaque. Dans un entretien aux « Echos », il indique qu’il n’est pas question de bouger sur la hausse de la TVA qui finance une partie de la baisse du coût du travail qu’apporte le crédit d’impôt compétitivité emploi (Cice).

La SAPO, c’est bien autre chose que de l’autogestion. C’est l’intuition qu’ont eu, en fin de XIXème et début XXème siècle, des hommes politiques et des sociologues du besoin de changer les rapports de l’Homme à son travail. Il ont souhaité l’alliance du patrimoine financier et du patrimoine travail. La grande nouveauté de la loi de 1917 a été la création des « parts travail » représentant une partie du capital de la SA et donc des droits de vote correspondants, mais surtout l’attribution des ces « parts travail » à la collectivité des salariés constituée sous forme de Coopérative de Main d’Oeuvre. C’est la naissance de l’indivision de travail reconnue et valorisée, ouvrant droit à une participation des travailleurs à la gestion de la société.
Ahurissant que toutes les forces socialistes de ce pays soient passées à coté de cette vraie innovation sociale !

Un commentaire de Roger Daviau, « posté » le mercredi 24 sept 2013.

1)      La tendance à une certaine amélioration sur le front du chômage se confirme au mois de juillet
Les chiffres du nombre d’inscrits à Pôle emploi pour juillet, communiqués le 27 août par le ministère du Travail, confirment la tendance observée depuis le mois de mai.

Haro sur les retraités … comme ses prédécesseurs. Ce gouvernement fait tout l’inverse pour les retraités. MC

Baisser le niveau de vie des retraités constitue donc un véritable danger pour notre économie : les retraités assurent plus de la moitié des dépenses de consommation, 64 % des dépenses de santé, 60 % de celles d’alimentation ou encore 58 % de celles d’équipement de la maison, selon le Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie.

Sommaire :

  1. La feuille de route du gouvernement dans le domaine social pour le 1er semestre 2013.
  2. Le déremboursement des pilules de troisième génération avancé de six mois
  3. Transport médical : les taxis font de la résistance

Le rapport annuel sur l’état de la France 2011 rend compte de l’évolution de notre pays dans les champs économique, social et environnemental en s’appuyant notamment sur les indicateurs de développement durable. Il est chapeauté par un avis dont la partie générale analyse la convergence de plusieurs crises, qui se combinent et constituent au total une crise systémique. Dans sa focalisation sur l’état moral des Français, le CESE souligne que le monde traverse une crise profonde, les Français en perçoivent les menaces ; en saisir les opportunités exige des changements.

Une « Revue de presse » large si vous voulez être bien informer et tout connaître sur cette proposition du gouvernement destinée à essayer de résoudre une partie du chômage. Utilisez le  » commentaire  » pour donner votre avis. MC