Voilà un cocktail détonnant ou pour les annonces façons com‘ du gouvernement, c’est un pas en avant trois pas en arrière… Bien fini le « quoi qu’il en coute », maintenant passez à la caisse…

Pôle emploi offre aux chômeurs un avenir radié Chômage partiel massif ? Effondrement des PME ? La direction […]

Entre deux maux dont l’espoir que le Covid-19 disparaitra grâce à l’arrivée d’un vaccin et l’autre un possible licenciement et la galère des petits boulots mal rémunérés, non pérennisés… bien évidemment c’est le chômage qui fait le plus peur les françaises et français salariés… MC

… Il se peut, il se pourrait, nous pourrions … cela prépare sous couvert l’opinion à un avenir proche, vraiment pas réjouissant.

Dans une sourde colère contre les multiples reformes, les Français rongent leurs freins d’autant que chômage, pouvoir d’achat et libertés qui se restreignent chaque mois, constituant l’augmentation des soucis que subit la grande majorité des salariés et retraités, alors que d’autres se complaisent dans un monde de plus en plus doré. MC

Ceux, qui de leur grande voix n’ont cessé de nous vanter le modèle de prospérité britannique, sont les mêmes qui, depuis quelques jours, sont aux avant-postes du dénigrement de ce peuple coupable d’avoir enfreint les bonnes règles de la doxa néolibérale.

Alors même que l’un des principaux objectifs de la loi El Khomri était, nous disait-on, d’améliorer le dialogue social, la France est à feu et à sang. Alors qu’il restait encore un an au président de la République et à l’équipe gouvernementale pour fabriquer un semblant d’unité de la gauche, cette dernière est en miettes, et la division syndicale plus profonde que jamais.

Un appel, signé initialement par 150 « personnalités », a été lancé début mai par le mensuel « Alternatives économiques », invitant à relancer les débats et les propositions en faveur d’une nouvelle étape de la RTT.

Bernard Thibault, membre depuis 2014 du conseil d’administration de l’Organisation internationale du travail (OIT), explique pourquoi, selon lui, la loi El Khomri envoie un mauvais signe.

Depuis l’été 2015, Pôle emploi prescrit à haute dose deux formations – Activ’projet et Activ’emploi – confiées à des opérateurs privés de placement.

La méthode n’est pas nouvelle, mais la pression mise sur les chômeurs n’a jamais été aussi forte, avec, à la clé, un emploi au rabais ou la radiation !

Et d’une pierre deux coups : moins de chômeurs… et moins de service public !

Les négociations « paritaires » sur l’assurance-chômage ne s’étaient jamais ouvertes dans un tel climat de tension. Gouvernement et organisations patronales ont martelé ces dernières semaines leur volonté de voir baisser les allocations chômage, que ce soit par une réduction de la durée d’indemnisation ou par une dégressivité imposée aux chômeurs de longue durée.

« La plus grand baisse du chômage en 8 ans » se félicite le gouvernement.

Sauf que l’on assiste plutôt à un transfert sans douceur des chômeurs de catégorie A, la plus regardée, aux catégories B et C.

La volonté du gouvernement de transformer la législation sur le travail suscite d’autres propositions pour faire évoluer le droit et favoriser l’emploi. Des thèses qui s’opposent, notamment sur la protection des salariés.

Selon l’OCDE, la France doit inciter les seniors à travailler. Seul problème : 63,5% des Français âgés de 55 à 64 ans sont sans emploi. Ce qui n’empêche pas les employeurs de continuer de se séparer des plus âgés sans pour autant recruter des plus de 55 ans. Lu sur le blog : slovar.blogspot.fr

Yaka

L’année 2013 avait déjà été excellente mais en 2014 les actionnaires gourmands empochent une augmentation de +30% de leurs dividendes. Presque autant que le record de l’année 2007, celle qui a précédé la grande crise financière qui a secoué le monde.

C’est avec la loi Macron que les socialistes s’apprêtent à célébrer les quinze ans du passage aux 35 heures.

Une coïncidence qui en dit long sur leur déchéance idéologique, eux qui avaient mis en place les 35 h, les RTT, etc.

Pas un jour ne se passe sans qu’un membre de ce gouvernement ne réclame une réforme néolibérale de plus. Comme si les dégâts n’étaient pas assez importants avec un taux de chômage de plus de 10 % et une aggravation des inégalités, si bien que la pauvreté touche aujourd’hui en France près de 9 millions de personnes.

450.000 chômeurs en plus depuis que François Hollande est président !

Ce ne sont pas les chômeurs jetés à la rue, qui ferment ou qui délocalisent les entreprises pour que les dirigeants fassent des super profits pendant qu’eux s’appauvrissent. Un gouvernement qui fait passer les chômeurs pour des tricheurs aux indemnités, alors que les dirigeants d’entreprises « planquent » leurs frics à l’étranger pour échapper à l’imposition … chercher l’erreur. MC