Florence Parly invitée dans la cyberguerre US (au nom sulfureux de cyber-Sécurité) autrement dit, la surveillance mondialisée par cette nation, qui depuis longtemps se moque des Israélien et de Pegassus… Qui depuis des lustres porte un autre nom… Comme les Russes, les Chinois, Japonnais, Coréens, etc.

Et les Français, nous avons le logiciel cérébral Macrounet cyberarnaqueur personnel… MC

Tel Créon dans Antigone, Éric Dupond-Moretti s’était pensé « maître avant la loi ». Mais pas après, viennent de lui rappeler des juges de la commission d’instruction de la Cour de justice de la République (CJR), seule juridiction habilitée à poursuivre les délits commis par un ministre dans l’exercice de ses fonctions.

Dans l’arsenal des mesures pour accompagner l’exercice des forces de l’ordre, c’est peut-être la seule idée qui semble faire l’unanimité. Au moins sur le papier. À partir du ler juillet 2021, toutes les patrouilles de France et de Navarre seront équipées de caméras-piétons (1).

… Voilà ce qu’affirmait le très droitier HuffPost sur le Web, cela vous permettra de faire un constat accablant : le problème des hôpitaux du service public étaient déjà en faillite avant la pandémie. Ce n’est que grâce au dévouement de son personnel qu’il a fait dans la majorité des cas, face aux affluent de malade de la Covid… mais l’« hôpital malade » n’est pas guéri pour autant… Il est toujours victime du manque de financement. MC

Jeudi 10 juin 2021, le président de la République a annoncé la fin de l’opération Barkhane, sept  ans après sa mise en place. Le lendemain, la ministre des Armées, Florence Parly, a toutefois précisé qu’il s’agissait d’un changement de dispositif et non d’objectif, dispositif qui sera révélé courant juin, lors du sommet de la coalition pour le Sahel à Bruxelles. Comment interpréter ce revirement militaire français au Sahel ? Le point avec Caroline Roussy, chercheuse à l’IRIS, responsable du programme Afrique/s.

Les membres du groupe de sécurité de la présidence de la République (GSPR) ont été convoqués par courriel à une séance consacrée à la baffe reçue par Macron le 8 juin dans la Drôme.

L’amende contre les guetteurs et les trafiquants occupant les toits ou les halls d’immeuble, triomphalement annoncée par Darmanin, a un air de déjà-vu et de « déjà essayé » (sans grand succès).

Sans préjuger de tout ce qui reste à découvrir quant à la gestion de la pandémie, on sait déjà tant de choses, et si dérangeantes, qu’il faut bien commencer. En prenant le risque d’explications approximatives et sans craindre de se tromper tant le bilan est accablant.