Sous couvert de commisération à l’égard des nombreuses PME écrasées par la concurrence internationale, le patronat français presse le gouvernement de flexibiliser le marché du travail pour diminuer les coûts salariaux pesant sur la compétitivité, afin de relancer la création d’emplois.

Le traité européen, tel qu’il est rédigé actuellement accentue les importations favorisant la mise en concurrence tant commerciale que sociale… Aussi l’auteur Jean-Luc le de haut-économiste-, par ses préconisations fait présupposer que l’Europe devrait si ce n’est fermer ses frontières à l’importation du moins voit-on poindre l’idée d’une taxe sur ses importations. MC