… Alors que la ratification du traité de libre-échange avec le Canada est prévue mardi 23 juillet 2019 à l’Assemblée en 1ère lecture …

Où vont-ils chercher ces arguments désopilants, ces contorsions inédites, ces raisonnements alambiqués ?

 […] Le système commercial est un domaine pivot et transversal qu’il est urgent de refonder afin qu’il soutienne la transition écologique et solidaire au lieu de la négliger comme il le fait depuis trop longtemps, ou pire, de la contraindre. Il est impératif de revoir son contenu et donc sa finalité.

En France, la quasi-totalité des candidats déclarés à l’élection présidentielle a d’ores et déjà exprimé son opposition à son adoption.

De même que CETA ou TAFTA ne sont pas que de simples réglementations permettant les échanges commerciaux, le code minier n’est pas un simple catalogue des bonnes pratiques juridiques établies entre les industriels et l’État. Il s’agit d’un nouvel emballage pour conserver de très vieilles pratiques d’exploitation des ressources du sous-sol tout en favorisant un peu plus la financiarisation et le libéralisme.

Voici pourquoi

Ne croyez pas un instant que les directives commerciales internationales du type TAFTA soient des « inventions » du moment, pour « régler » le commerce et l’expansion de la société libérale. La longue chronologie qui suit en est la démonstration.

Si certains traités commerciaux ont apporté quelques bienfaits aux populations, la plupart ont été néfastes aux ambitions commerciales d’État, aux salariés de tout temps, pour le profit et l’enrichissement d’ambitions personnelles.

TRIBUNE. Les négociations autour du Ceta ou du Tafta poursuivent le même objectif : donner tous les pouvoirs aux firmes privées.