Les membres du groupe de sécurité de la présidence de la République (GSPR) ont été convoqués par courriel à une séance consacrée à la baffe reçue par Macron le 8 juin dans la Drôme.

Dans notre série « étudions la novlangue contemporaine », cette semaine, je vous propose une suite de mots que j’ai peine à qualifier de phrase : « Un psychologue n’ayant pas l’expertise requise peut contractualiser avec la plateforme à la condition de prévoir une période d’accompagnement à la pratique professionnelle par la plateforme selon un format varié ».

L’amende contre les guetteurs et les trafiquants occupant les toits ou les halls d’immeuble, triomphalement annoncée par Darmanin, a un air de déjà-vu et de « déjà essayé » (sans grand succès).

Bruno Le Maire a profité d’un rapide passage devant les caméras de télévision (28/5) pour annoncer qu’en 2021 le déficit public français (c’est-à-dire la somme des déficits de l’Etat, de la Sécu et des collectivités locales) devrait atteindre 9,4 % du PIB de 2020.

[…] Claude Lelièvre, historien de l’éducation, revient sur ses origines et sur les raisons de sa longévité. […]

En Bretagne, où il devient dangereux de parler d’agriculture industrielle, une coopérative d’éleveurs de cochons (près de mille élevages) donne au monde une belle leçon d’instruction civique. Elle vient d’adhérer en bloc à l’Amicale de la gendarmerie.

Darmanin se prend les pieds d’l tapis ou comment avec ce pantin ministre de l’Intérieur, c’est encore une fois du grand n’importe quoi.  Par sa démarche, il fait apparaitre Audrey Pulvar et la gauche dans l’échiquier électoral et c’est tant mieux… MC

Soyons juste conscients que le cannabis médical est déjà commercialisé dans de nombreux pays du monde et que des patients se le procurent en toute illégalité au risque d’acheter des produits dangereux ou inefficaces. Légaliser le cannabis médical en France doit contribuer à sécuriser sa consommation, à valider sa fabrication, à préciser la meilleure posologie pour une efficacité optimale.

Tandis que le garde des sceaux Éric Dupond-Moretti, en conflit avec les personnels de justice, inscrit ses réflexions d’ancien avocat pénaliste dans un projet de loi hétéroclite, la France consacre toujours aussi peu d’argent à sa justice.

Avec le Covid, un très joli problème de politique économique, qui est aussi et surtout un problème d’économie politique, se pose.

Une soixantaine de députés macronistes ont donc déposé un recours devant le Conseil constitutionnel, le 22 avril 2021, contre la loi relative à la protection patrimoniale des langues régionales et à leur promotion, adoptée le 8 avril.

À force de laisser l’insécurité, l’incivilité se répandre. À force de laisser les médias cultiver des faits divers certes absolument condamnables, mais dont on ne dit jamais les raisons les ayant amenés. À force de gouverner uniquement entre le moi je et le fascisme promis aux prochaines élections. Après avoir oublié sciemment le rapport Borloo sur les quartiers défavorisés entre autres. Nous ne pouvons pas nous étonner même si bien évidemment nous le condamnons, la parution de ce brûlot appelant les armées à supplanter « les restes » démocratiques de cette Vᵉ République. MC

Il nous semble important de faire connaître ces types d’initiatives ; on pourrait juste s’étonner qu’elle ne soit pas reprise par l’éducation nationale.

C’est Bruno Le Maire, l’un de ses plus ardents partisans, qui l’a annoncé en substance en présentant, jeudi 8 avril 2021, les grandes lignes de la « trajectoire des finances publiques », projet destiné à être transmis cette semaine à la Commission européenne.

Attac a mené une action symbolique à Paris, dans la station de métro Bercy, à l’attention du ministère de l’Economie et des finances. Les militant·e·s ont recouvert des panneaux de publicité par des affiches du « gang des profiteurs », Arnault, Bettencourt, Drahi, Pinault en demandant « Qui doit payer la crise ? ».

 […] Pourquoi le pouvoir macronien s’est-il exposé si fortement dans une opération qui ne peut qu’aboutir à une casse sociale et industrielle dans les deux groupes ?

Dans une société où la rentabilité ne serait pas le premier des objectifs, dans une société où on s’occuperait de la place de l’humain d’abord, dans une société où les services publics auraient leur juste place et efficacité auprès des administrés, dans une société où les budgets seraient répartis équitablement en fonction des besoins de la population ; l’article ci-dessous n’aurait certainement pas lieu d’être. MC