Une journée d’étude avait lieu Jeudi 23 septembre 2021, les Assises de la transition dans l’amphithéâtre de l’école d’architecture de Saint-Étienne dans la Loire. Des thèmes aussi divers que l’alimentation, le recyclage électronique, la réparation de vélo, l’agriculture… où les acteurs de cette transition ont pu faire part de ce qui marche, mais également de ce qui freine l’apparition de territoires réellement écologiques et solidaires.

Alors que s’est ouvert ce vendredi [03 sept 2021] à Marseille le congrès d’une “Union internationale pour la conservation de la nature”, posons-nous franchement la question : qui peut croire qu’un énième barnum institutionnel nous permettra d’inverser le cours de la débâcle environnementale ?

Sous le feu des critiques des acteurs de l’environnement, qui lui reprochent son inaction en faveur de la biodiversité, le président de la République a annoncé le classement en aire protégée de 5 % de l’espace maritime français méditerranéen, lors de l’ouverture du Congrès mondial de la Nature.

Le virage électrique prend des entreprises dans un étau : fermées ou se transformer… Mais, toujours avec des licenciements à la clé !

Vive la pseudo-évolution-révolution écologique… qui de plus n’est pas ce qui se fait de mieux pour l’environnement de la planète.

J’avais juré sur la Sainte Vierge, la semaine passée, que je ferais un article rempli de belle espérance et le voici. Citons pour commencer le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) : « Selon une étude menée par des scientifiques du CNRS, un système agroalimentaire biologique et durable, respectueux de la biodiversité, pourrait être mis en place en Europe. » Pas mal, mais pas suffisamment précis.

Nous le disions dès l’emballement pour ces véhicules « électriques », ces téléphones, tablettes, ordinateurs portables dont on ne sait comment recycler les batteries aux terres rares et produits nocifs qu’elles contiennent. Il y a un gros danger potentiel pour la santé des humains, la faune, la flore, les rivières et océans, la planète. Vive l’écologie ! MC

Même si un/des article-s similaire-s à ce sujet est sont parues récemment, il importe de rappeler et dénoncer constamment les saletés rependues par bons nombres d’agriculteurs (entre autres) dans notre atmosphères ! MC

D’un côté, des éoliennes qui valent des millions d’euros, implantées sur un site de l’Hérault. De l’autre, un seul malheureux couple d’aigles. Et à cause de ce couple, les éoliennes devront être carrément démolies ! C’est le récent jugement du tribunal de Montpellier, au motif que les promoteurs n’ont pas tenu compte de l’impact des machines sur ces rapaces protégés.