… Quoi que vous puissiez penser à l’issue de la lecture de l’article ci-dessous, il est malheureusement hyper réaliste. L’aide à son prochain est perdue depuis bien longtemps, en réalité depuis qu’est prôné une société où tous les coups sont permis, où règne l’indifférence et l’individualisme, où la solidarité n’est plus qu’un mot désuet dans le dictionnaire. MC

Non seulement ils « couvrent » l’actualité arrangée a dessein selon les volontés élyséennes ou le Medef, mais en plus, ils accaparent « les aides publiques à la presse » alors que leurs entreprises sont bourrés de tunes !

C’est ça la presse qui vous catapulte chaque heure, jour, mois, une certaine façon de penser, d’instiller une mentalité, faisant ou défaisant l’info selon leurs pseudos experts en tout et rien, quitte à passer par les beaufs de service… MC

Tel Créon dans Antigone, Éric Dupond-Moretti s’était pensé « maître avant la loi ». Mais pas après, viennent de lui rappeler des juges de la commission d’instruction de la Cour de justice de la République (CJR), seule juridiction habilitée à poursuivre les délits commis par un ministre dans l’exercice de ses fonctions.

Le centre de santé de Montluçon (Allier), ouvert en 2020, n’aura même pas fonctionné un an. Au-delà du fiasco, cette situation est révélatrice des problèmes qui pèsent sur la médecine : inertie de l’action publique, absence de contrôle dans les aides allouées… Bref, un système de santé en roue libre. Stop ou encore?

Une mission d’information sénatoriale a présenté, mercredi 07/07/2021, ses recommandations pour répondre aux besoins de jeunes durablement touchés par la crise sanitaire et économique.

Samedi 3 juillet 2021, Attac menait une action pour « dénoncer l’enrichissement indécent des milliardaires pendant la crise ». Parmi eux, Bernard Arnault, ayant « vu ses avoirs personnels augmenter de 62 milliards d’euros », et son groupe LVMH, s’apprêtant à « verser 3 milliards d’euros de dividendes à ses actionnaires en 2021, soit une hausse de 25 % par rapport à l’année précédente ».

En signe de contestation, Attac a ainsi déployé une banderole sur l’immeuble-siège de LVMH pointant « le gang des profiteurs », et aspergé de gouache noire la Samaritaine, magasin du même groupe de luxe.