Une journée d’étude avait lieu Jeudi 23 septembre 2021, les Assises de la transition dans l’amphithéâtre de l’école d’architecture de Saint-Étienne dans la Loire. Des thèmes aussi divers que l’alimentation, le recyclage électronique, la réparation de vélo, l’agriculture… où les acteurs de cette transition ont pu faire part de ce qui marche, mais également de ce qui freine l’apparition de territoires réellement écologiques et solidaires.

Alors que s’est ouvert ce vendredi [03 sept 2021] à Marseille le congrès d’une “Union internationale pour la conservation de la nature”, posons-nous franchement la question : qui peut croire qu’un énième barnum institutionnel nous permettra d’inverser le cours de la débâcle environnementale ?

L’arrêt des remontées mécaniques a rendu furieux le cartel des stations de ski alpin, qui dicte sa vision de la montagne en France. La crise sanitaire a aussi révélé l’attractivité d’autres approches, plus pérennes dans le contexte du dérèglement climatique. Ravivée par les confinements, l’attirance pour une nature préservée invite à une transformation des politiques d’aménagement du territoire.

Lotissements sans fin, zones commerciales et logistiques toujours plus vastes et disloquées… Va-t-on un jour arrêter de consommer du sol agricole et d’étendre l’urbain dans les campagnes ?

L’abandon par l’État d’un quatrième terminal à l’aéroport Charles-de-Gaulle est une bonne nouvelle sur le plan environnemental et humain.

Un rapport de décembre publié dans la revue médicale internationale The Lancet (1) et signée par 120 auteurs issus 35 institutions a mis en évidence l’impact du changement climatique sur la santé, en particulier pendant les épisodes de canicule.

L’explosion de l’élevage intensif démultiplie, notamment, les risques de contact entre le bétail et la faune sauvage. Un terreau propice à l’émergence de nouveaux virus et à leur prolifération.

Des centaines de milliers de tonnes de déchets bourrés d’arsenic, de plomb ou de cadmium déversées dans l’eau et la terre, jusqu’en 1971, par l’exploitation des mines de Saint-Félix-de-Pallières, dans le Gard, mettent-elles les populations locales en danger ?

Devenu voilà un mois le quatrième ministre de l’Agriculture du quinquennat d’Emmanuel Macron, […], Julien Denormandie a pris ses fonctions dans un contexte économique difficile pour la production agricole.

Incursion dans un lac aux eaux troubles … ou troublées … c’est selon l’avis des uns et des autres …. Mais toujours vive ma gueule d’abord ! MC

Tous les avis sont à écouter. Ils permettent à chacun d’entendre des arguments pour ou contre, de se faire une idée personnelle, en intégrant des réflexions méconnus ou faisant resurgir des éléments oubliés. MC

Le rapporteur général du Budget à l’Assemblée, Joël Giraud, demande au gouvernement de revenir sur le gel des valeurs locatives prévu dans le projet de loi de Finances pour 2020. Ce gel amputerait les collectivités de 250 millions de recettes dans le cadre de la réforme des finances locales.

La France est le premier pays d’Europe et le troisième mondial en ce qui concerne l’utilisation de pesticides [1]. Ce triste palmarès expose particulièrement la population aux épandages massifs de produits dits « phytosanitaires ».

Un accord très délictueux pour l’agriculture notamment française mais tout autant désastreux au niveau écologique.

À peine reconnaît-on à l’écologie certaines avancées pour le bien-être de la société en général, que déjà apparaissent […]

A l’issue de son adoption par le Sénat, le gouvernement a considéré le projet de loi d’orientation des mobilités (LOM) comme « une réponse forte aux fractures territoriales et sociales qui minent notre pays depuis des décennies ». C’est raté.

Selon les dernières statistiques officielles datant de 2016 (jamais en avance), les logements sociaux représentent près (ou seulement) 16 % du parc de logement occupé français. Des annonces retentissantes et sectorisées du gouvernement, sur le terrain, face à la réalité, faites un grand pas !

Chercheur indépendant en sciences sociales, Mathieu Rigouste analyse les ressorts sociohistoriques des violences policières.

Nous vivons une période d’initiatives de citoyens engagés dans des actions de solidarité et de protection de l’environnement, d’entrepreneurs (associatifs, coopératifs, mutualistes, artisanaux) conjuguant des finalités économiques et sociales, et d’autre part, un malaise persistant, des effets trop modestes de ces initiatives.

Il devait permettre à la France de s’engager sur la voie de sortie du tout-voiture en garantissant le droit à la mobilité pour tous. S’il avance quelques mesures encourageantes, le texte présenté hier en Conseil des ministres cale sur défaut de budget et incohérence globale.

Loin d’être une simple question budgétaire, la bataille pour l’école rurale est un enjeu central de la lutte pour le service public. Elle pose la question de l’égalité devant l’accès au savoir et porte en elle une dimension fondamentalement démocratique.

[…] … Dominique Bussereau (1) raconte [l’échange qu’il a pu avoir avec Emmanuel Macron lors du déjeuner républicain organisé sur la base aérienne de Rochefort] :

Carrefour a présenté un grand plan de restructuration en janvier 2018. L’annonce a eu l’effet d’une bombe. Alexandre Bompard, PDG de l’entreprise depuis juillet 2017, justifie la mise en place de ce projet de transformation dans le but de mieux suivre les nouveaux modes de consommation, en misant sur les commerces de proximités et sur le e-commerce.