Devenu voilà un mois le quatrième ministre de l’Agriculture du quinquennat d’Emmanuel Macron, […], Julien Denormandie a pris ses fonctions dans un contexte économique difficile pour la production agricole.

« Locavore » celui qui consomme local … Un article qui pourra vous paraître trop long mais qui est pourtant une des bases pour une société nouvelle. MC

Le rapporteur général du Budget à l’Assemblée, Joël Giraud, demande au gouvernement de revenir sur le gel des valeurs locatives prévu dans le projet de loi de Finances pour 2020. Ce gel amputerait les collectivités de 250 millions de recettes dans le cadre de la réforme des finances locales.

Selon les dernières statistiques officielles datant de 2016 (jamais en avance), les logements sociaux représentent près (ou seulement) 16 % du parc de logement occupé français. Des annonces retentissantes et sectorisées du gouvernement, sur le terrain, face à la réalité, faites un grand pas !

C’est bien de s’inquiéter de la solidité des ouvrages d’art routiers français même si cette volonté arrive après le désastre de Gènes et autant de personnes disparues dans ce qu’il faut appeler de toute façon, des malfaçons couvertes par le modèle de société gangrenée italienne, celle des pots de vins et truandages mafieux divers.

Rendre les infrastructures françaises fiables, faire les réparations nécessaires relève d’un problème économique, les désengagements successifs de l’état à divers niveaux, notamment les baisses de dotations aux départements et dans le même temps l’obligation pour ces derniers de l’entretien des routes auparavant nationales passées du ressort et à prendre dans le budget restreint du département sont la cause de travaux non réalisés. MC

[…] … Dominique Bussereau (1) raconte [l’échange qu’il a pu avoir avec Emmanuel Macron lors du déjeuner républicain organisé sur la base aérienne de Rochefort] :

Les ronds-points en dehors de sécuriser les entrées-sorties de véhicules c’est aussi un moyen pour une ville de se distinguer, de se faire valoir, de parader envers une autre ville, entre autre ! Une vision des ronds-points purement au niveau débours financiers que certains dénoncent  … à raison où tort ? MC

Après quelques années d’accalmie, en 2016 les incendies de massifs forestiers ont été très importants notamment dans le Sud de la France : des centaines d’hectares partis en fumée, des maisons dévastées, des estivants et habitants évacués, des flammes en lisière de Marseille… On a frôlé la catastrophe.

Je vous invite à visionner cette courte vidéo de Maurice Ulrich qui pointe une pensée d’un « économiste » français très libéral puisqu’il est un des relais en France de Friedman, l’économiste américain qui a « pensé » beaucoup de coups d’Etat en Amérique latine et dont Sarkozy et Macron s’inspirent (voir ci-dessous ce que j’écrivais là-dessus il y a quelques années). Donc si on suit notre économiste français, plus on aurait d’argent plus on pourrait voter. Il réinvente la féodalité… 

Jean-Michel Bochaton [merci pour nous avoir signalé ces articles. MC]         

Comment la vit-on ? Comment y vit-on ? La plupart des salariés ne travaillent pas dans la commune dans laquelle ils dorment, c’est-à-dire qu’ils ne vivent pas principalement dans la ville dans laquelle ils logent.

Les Français portent un jugement plus sévère sur les quartiers populaires. Ils sont ainsi plus nombreux qu’il y a cinq ans à les associer à des images négatives telles que la délinquance (pour 92 % des personnes interrogées), le chômage (94 %) ou l’assistanat. La proportion de ceux qui pensent qu’on en fait trop pour les plus démunis et les banlieues progresse de 11 %.

Les élus doivent s’abstenir de participer à des manifestations cultuelles.

Le Parlement ne joue plus aucun rôle, écrasé par la dérive monarchique et autoritaire d’un présidentialisme tout-puissant.

Au plan local: la réforme territoriale est une sorte d’infanticide, car elle est faite par des élus. Elle va instaurer des « monarchies présidentielles locales » dans les métropoles et détruire la démocratie locale, le fait communal.

Vers de terre et lombrics de toute la France, unissez-vous. Le terreau promis n’est pas encore pour demain. […]

Si la santé des populations a tendance à s’améliorer, l’être humain demeure plus que jamais tributaire de son environnement, à la détérioration duquel il contribue largement. Un scénario inéluctable ?

Les maires et les conseils municipaux, comme les conseils généraux et régionaux, vont entrer dans la phase de préparation de leurs budgets avec le souci de répondre aux besoins de la population.

Rappelons que les collectivités territoriales réalisent près des trois quart des investissements publics dans le pays.

Si la question se pose c’est bien évidemment que les différentes lois sur la décentralisation, de la fiscalité intercommunale, de la fiscalité des communes, sur les obligations des communes vis-à-vis d’intercommunalité ou des métropoles, c’est bien évidemment de savoir ce qu’il adviendra dans les mois, les années futures, de la petite commune rurale.

Au cours de cet automne 2014, des textes importants relatifs à des modifications territoriales vont être discutés à l’Assemblée nationale et au Sénat. Le 28 octobre prochain, le Premier ministre s’adressera aux sénateurs en ce sens. S’en suivra la réouverture du débat sur la réforme territoriale puis, fin décembre, la discussion autour du texte qui définit les compétences dévolues à chacune des strates de la nouvelle organisation du territoire.

Qui sème le vent récolte parfois la tempête

Alors que le gouvernement a fait des énergies renouvelables un de ses chevaux de bataille, certains se lèvent contre l’implantation non concertées de parcs éoliens laissés au seul secteur privé.

Le Premier ministre a réaffirmé le 22 avril ses priorités en matière de décentralisation aux représentants des régions

Selon le second projet de loi sur la décentralisation « clarifiant l’organisation territoriale » que s’est procuré Acteurs publics, les régions vont avoir la main sur un grand champ de compétences et détiendront un pouvoir d’adaptation normatif. Le texte, transmis au Conseil d’État, sera présenté en Conseil des ministres le 14 mai.

Le département est une division administrative, mise en place sous la Révolution française et qui date du 15 janvier 1790. L’objectif était à l’époque de remplacer les provinces liées à l’Ancien régime et de casser tout provincialisme.

Depuis 1985 et la loi de décentralisation, le département est également une collectivité locale dirigée par un conseil général renouvelé par moitié tous les trois ans.

“ Le PLU intercommunal est une évolution indispensable ”

Le président de l’ Assemblée des communautés de France (ADCF) réagit pour « Acteurs publics » aux nouvelles règles du jeu votées par les députés sur le plan local d’urbanisme intercommunal (PLUI). Attention à ne pas dénaturer le projet de loi, prévient Daniel Delaveau, en regrettant certaines attaques caricaturales”.