Entretien avec le chercheur Rémi Lefebvre (Extrait).

Des primaires à droite, c’est une petite révolution.

En réglant son pas sur le pas des socialistes qui avaient organisé avec succès une primaire ouverte pour désigner leur candidat à l’élection présidentielle de 2012, l’UMP rompt avec son histoire et ses traditions. Dans un parti où la culture du chef s’est toujours imposée au détriment du débat et de la démocratie interne, l’adoption de ce nouveau mode de désignation est une bizarrerie.

Il est fort probable que la montée des intégristes catholiques, leurs expressions anti mariage gay, contre la PMA, anti IVG et par conséquence arc-bouter contre les propositions de loi du gouvernement social-démocrate actuel, ayant pendant de nombreuses semaines alimenter les différents médias, aura contribué à « verser » un certain nombre de catholiques dans les bras de Marine Le Pen. MC