En plaçant sur le terrain moral, ses critiques assénées dimanche sur Europe 1, envers le FN et en affirmant qu’ il ne quitterait pas son poste, quelque soit le résultat des élections départementales, Manuel Valls s’ est attiré les foudres de l’ ensemble de la classe politique. A tel point que se pose aujourd’ hui la question, le Premier ministre n’ en ferait-il pas trop ?

Il est fort probable que la montée des intégristes catholiques, leurs expressions anti mariage gay, contre la PMA, anti IVG et par conséquence arc-bouter contre les propositions de loi du gouvernement social-démocrate actuel, ayant pendant de nombreuses semaines alimenter les différents médias, aura contribué à « verser » un certain nombre de catholiques dans les bras de Marine Le Pen. MC