Virginie Calmels, virée de LR.

[Avant toute chose je tiens à préciser que ce mouvement « les républicains » est loin de recevoir mon adhésion.
Si cet article est présent sur ce blog, c’est uniquement dans le but de montrer l’intransigeance d’un Laurent Wauquiez au fonctionnement très proche de la famille de l’organisation « Le Pen ». MC]

Oui je sais je suis un peu gonflé d’utiliser ces mots d’origines arabe pour un titre d’article pour tancer des formations politiques françaises, mais que voulez-vous devant leur détermination à vilipender les mêmes thèmes, à agoniser les mêmes humains, à vouloir orienter l’opinion sur les exclusions, porter le sécuritaire à l’interdiction de liberté et de voir des électeurs se satisfaire de leurs programmes décadents à bien des points, rejetant l’opinion populaire vers un gouvernement en place, faute d’être satisfaite par les organisations progressistes toujours à la recherche d’un programme de société bâtie sur d’autres critères, privilégiant tous les humains sans exception. MC

 En des temps reculés, le poète sécuritaire chiraquien Charles Pasqua prétendait « terroriser les terroristes ». Dans ce qu’il reste du même parti que le sien, son lointain disciple Laurent Wauquiez entend, quant à lui, se montrer plus radical que les radicalisés.

Très honnêtement, aucun de ces ex-oligarques de la droite, pas plus que leurs programmes n’est dans ma ligne de pensée la société, mais, et ce mais est très important, il faut bien reconnaître que ce qui se passe dans ce parti politique est à l’instar des batailles internes qui se déroulent autant de l’extrême gauche à la gauche, qu’à l’extrême droite, laisse un boulevard au très destructeur de toutes les institutions qu’est Emmanuel Macron et sa cour pour les plus grands bénéfices du monde de la finance et l’asservissement d’une grande partie de la population. MC

 […] Un jour de 1966, Georges Pompidou aurait ainsi déclaré : « Arrêtez d’emmerder les Français. Il y a beaucoup trop de lois, trop de règlements dans ce pays. » Depuis qu’elle a été exhumée, cette injonction […] a été reprise par [tous ceux qui portent un] discours libéral ou à des vœux de flexibilité pour l’économie française. […]

Si je me suis abstenu lors du deuxième tour de la présidentielle, bien évidemment j’ai participé à l’élection des députés. Dans ce sens, je me mets à la place des électrices et électeurs qui ont élu fonction de leur programme spécifique de campagne, des députés LR où PS … qui maintenant, vont grossir les rangs du mouvement la république en marche (LREM) alors que ces votantes et votants avaient refusé d’apporter leurs voix aux représentants  subordonnés d’Emmanuel 1er.

Malgré son bruyant boycott de la réunion gouvernementale sur l’emploi début février et sa volonté de financer son budget par des économies, le président LR d’Auvergne-Rhône-Alpes négocie en coulisse avec L’état pour obtenir des fonds pour sa région.

Bernard Cazeneuve ne se contente pas de l’état d’urgence. Comme l’indique Le Monde, parallèlement à la consultation du Conseil d’État sur le projet de réforme constitutionnelle, le ministère de l’Intérieur a sollicité l’avis de la haute juridiction sur des mesures complémentaires en matière de lutte antiterroriste. En haut de la liste, Beauvau a évoqué un possible “internement administratif”, pouvant être décidé à l’encontre de personnes qui font l’objet des fameuses fiches S.

Réunis en congrès à une semaine d’intervalle, le PS et l’UMP s’affrontent sur le terrain des valeurs. Alors que François Hollande place « l’égalité » au centre de son action d’ici à 2017, Nicolas Sarkozy met en avant « l’autorité ».

En choisissant de rebaptiser le parti qu’il préside «Les Républicains», Nicolas Sarkozy entend piéger la gauche et le FN. Grâce à cette acception qu’il juge «sacrée» – et donc inattaquable –, le patron de l’opposition s’offre surtout l’occasion de justifier ses positions les plus controversées sur l’islam et de donner un cadre à son obsession identitaire.

Entretien avec le chercheur Rémi Lefebvre (Extrait).

Des primaires à droite, c’est une petite révolution.

En réglant son pas sur le pas des socialistes qui avaient organisé avec succès une primaire ouverte pour désigner leur candidat à l’élection présidentielle de 2012, l’UMP rompt avec son histoire et ses traditions. Dans un parti où la culture du chef s’est toujours imposée au détriment du débat et de la démocratie interne, l’adoption de ce nouveau mode de désignation est une bizarrerie.

Elues de la République, grâce à l’UMP qui les a accueillies sur ses listes aux élections municipales. Catherine Giner à Marseille, Caroline Carmantrand à Asnières et Delphine Julien à Chambéry, choisies comme adjointes en charge de la famille dans leur municipalité, sont des figures de l’opposition au mariage homosexuel et se sont activement engagées contre la promulgation la loi Taubira.