Deux nouvelles ont confirmé, la même semaine, qu’une réorganisation majeure des droites européennes était en cours : le départ du Fidesz hongrois du Parti populaire européen (PPE) et la parution en français du livre Le Diable dans la démocratie (éd. L’Artilleur), oeuvre du penseur du parti polonais « Droit et justice » Ryszard Legutko, pour qui la démocratie libérale rejoint les aspirations totalitaires du communisme.

À partir de quel moment la démocratie a-t-elle un problème ? Peut-être lorsqu’il est plus facile de rencontrer un militant néonazi qu’un maire élu. Alors que la secrétaire municipale ne cesse de trouver des prétextes pour décliner les demandes d’interview, Tony Gentsch, lui, décroche à la première sonnerie.

Adoptée le 17 janvier 2021 par la majorité des membres du Conseil français du culte musulman et signée le lendemain à l’Elysée, la « charte des imams » risque de mettre en porte-à-faux les élus de tous bords qui draguent les voix islamistes. En particulier, le LR Pierre Bédier, président du conseil général des Yvelines et maître incontesté de Mantes-la-Jolie.

Grave, très grave l’intervention des factieux … D’abord pour l’ensemble des états du monde et pour une partie du peuple américain (du moins les électeurs ayant élu Donald Trump à la présidence, il y a 4 ans) mais pour l’image largement écornée de cette forme de la démocratie libérale dont les USA se voulait l’exemple … Exemple (preuve faite) qu’il n’est pourtant pas à suivre !

Avec son dernier essai “La Pensée blanche”, l’ex-grand footballeur poursuit son combat contre le racisme. Du Code noir de Colbert à la colonisation, il revient pour “Télérama” sur l’origine du mal. Sans jamais perdre sa foi dans le pouvoir de l’éducation.

« le fascisme, écrivait Guy Debord dans la société du spectacle, est un archaïsme techniquement équipé. Son air sage décomposé du mythe est repris dans le contexte spectaculaire des moyens de conditionnement et d’illusions les plus modernes ».

Peu avant que la décision soit enfin prise de dissoudre le Collectif Cheikh Yassine (CCY), on apprenait que Mohamed Achamlane, leader du groupuscule djihadiste Forsane Alizza, sorti de prison le 31 décembre 2019, avait de nouveau quelques petits pépins.

Une bonne partie de la journée du jeudi 29 Octobre 2020, les différents médias auront consacrés leurs temps à deux informations … dont l’une a été plus qu’amplement, disséquée, analysée, montrée, racontée par le menu et confirmée par diverses interviewes publiques, jusqu’à être « honorée » de déplacement de membres du gouvernement, Macron en tête ; nous parlons de l’assassinat d’un sacristain et de deux paroissiennes à Nice.

La deuxième information « classée dans la rubrique » menace et non attentat (à postériori !) , a été petit à petit « oubliée » au fil de la journée, puis passer largement sous silence en soirée. Pourtant cette attaque par une personne qui appartiendrait (apprécier le conditionnel) à un groupuscule d’extrême droite, Génération identitaire, dont il s’est revendiqué.

Toutefois le protagoniste d’Avignon a été tué par « les forces de police » … Est-ce la fin normale et réglementaire d’ une simple attaque préconisée par le ministre de l’intérieur ou une nouvelle bavure policière … !

Vendredi [25 sept 2020] matin, la cour entendait par visioconférence un agent de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) qui avait suivi le dossier des Kouachi au début des années 2010. Il expliquait à quel point il était difficile de savoir ce que des individus pouvaient avoir dans la tête s’ils ne commettaient pas d’actes, s’ils ne disaient rien en public ou au téléphone.

L’attaque : CHRONIQUE – Le gouvernement, s’il sait multiplier les interdits sanitaires, demeure les yeux grand fermés devant les défis sécuritaires et civilisationnels posés par la contre-société islamique qui s’étend. Par Ivan Rioufol François BOUCHON/Le Figaro, 4 septembre 2020

Des tags négationnistes à l’entrée du village d’Oradour-sur-Glane dans le centre de la France, théâtre d’un massacre sous l’occupation allemande, ont provoqué l’indignation jusqu’au plus haut sommet de l’État, le président Emmanuel Macron promettant que tout serait fait pour retrouver leurs auteurs.

Exigeons de résoudre les problèmes des ghettos dans certaines villes ou arrondissements, ce qui passe par une réorganisation de l’habitation, un redéploiement consenti de la population, une dispersion géographique égalitaire sur l’ensemble du territoire français, la fin des zones d’éducation prioritaire (ZEP) par une répartition judicieuse des élèves comme des enseignants, en un mot comme en cent, ressortir le projet Borloo ; voilà qui permettrait de résoudre une très grande partie du racisme en France. MC

Dans le quartier des Larris à Fontenay-sous-Bois (Val-de-Marne), seuls les plus jeunes ont participé à la manifestation contre les violences policières organisée en soutien à la famille d’Adama Traoré, mort en 2016 après son interpellation par des gendarmes du Val-d’Oise.