Parce que l’agriculture et l’agro-alimentaire ensemble doivent approcher en France au moins 1 million d’emplois directs (et jusqu’au double selon d’autres calculs), non délocalisables, ballot !

Entre deux manifs sur les retraites, le gouvernement a montré une fois encore comme il est couché devant la FNSEA et les lobbies de l’agrochimie.

Du fait de l’alternance politique en région, les associations de protection de la nature et les réseaux de la gauche paysanne voient leurs financements diminuer drastiquement. Un mouvement qui témoigne d’une vision de l’environnement et de l’agriculture coupée des considérations écologiques.

Les 28 ministres européens de l’agriculture discutent aujourd’hui à Bruxelles de la crise agricole. Stéphane Le Foll appelle ses collègues à « mieux se coordonner et mieux se concerter ». Mais la Commission européenne refuse de financer « par de l’argent frais » toute nouvelle dépense pour l’agriculture.

Mobilisation, en Vendée, contre un projet de porcherie géante. Un cas symptomatique d’une tendance de fond de l’élevage en France.

1000 vaches et 250 000 poules dans la Somme, 2200 bovins en Picardie…

Les ambitions des projets de fermes-usines qui voient le jour partout en France ne surprennent (presque) plus.

Il faut écouter les avis divergents sur ce problème pour comprendre. Ecouter les arguments de chacun, avoir toutes les informations négatives comme positives permettant de se faire SON opinion, aident à prendre les bonnes décisions. L’analyse, faite dans cet article, est à prendre en compte pour avoir un avis plus juste. MC