Coup double pour le président russe, qui vient de faire irruption sur le champ de bataille syrien. M. Vladimir Poutine a fait savoir qu’il avait reçu au Kremlin le président Bachar Al-Assad ; dans la foulée, il a organisé une réunion quadripartite (Etats-Unis, Russie, Arabie saoudite, Turquie) sur le « processus politique » censé succéder aux frappes militaires. Une fois de plus, la France semble hors jeu.

Celui qui chantait et glorifiait ses actions, on est jamais aussi bien servi que par soi même, de « libérateur » du peuple Lybien (entre autre), provocant massacre et désolation dans la population avec la complicité d’un président bling-bling et des « pétroliers » heureux de récupérer une source de carburant à bon compte, des USA et Quatariens en sous-mains. BHL, celui dont la liste des bourdes et des calomnies est longue et ancienne, n’a pas manqué cette dernière qui lui coute condamnation

Mieux qu’un long discours, expliquant les raisons de s’opposer à ce traité (TSCG), l’excellent article en forme de récit des journées des universités d’été du Medef, ces prises de parole, les commandements qu’il contient, détaille les intérêts divergents de chacun. Je vous invite à lire intégralement cet article. MC.