Avec Total c’est dedans et dehors ?

Dedans quand il s’agit, avec l’appui du gouvernement français, de décrocher des contrats, de protéger ses investissements, d’orienter les politiques publiques. Dehors quand, dégagée de toute tutelle gouvernementale, la multinationale peut mieux défendre les intérêts de ses actionnaires, majoritairement étrangers. Mais pourquoi la France reste-t-elle alors si obstinément fidèle à Total ?

[…] [Un syndicat fait circuler] des informations confidentielles sur les 12 plus hautes rémunérations du pétrolier.

C’est en septembre 2001 que s’est produit un des plus grands accidents industriels français. Des blessés par milliers, 31 morts et des quartiers dévastés par l’explosion de l’usine AZF de Toulouse.

En Algérie, la contestation écologique contre le gaz de schiste rejoint la contestation sociale de la jeunesse sacrifiée. La rentrée s’annonce houleuse pour le pouvoir algérien.

Le groupe de services informatiques pacsé avec des géants du CAC 40 a adopté un système à moindre coût pour se séparer de 10 % de sa masse salariale en deux ans, sans plan social. En ce jour d’assemblée générale des actionnaires, l’Humanité dévoile des documents confondants.

Egérie de la gauche nord-américaine, Naomi Klein s’engage, avec un nouvel essai, dans la lutte contre le changement climatique. Et voit dans la crise actuelle une chance pour remettre en cause le système capitaliste…

Extraits de la version longue d’un entretien paru dans “Télérama”.

Dans trois ans, le Trésor public pourrait bien signer un chèque d’environ 80 millions d’euros à Total, nous apprend le Parisien (17 octobre). Puis un autre de 85 millions en 2018.

L’explication est, hélas, on ne peut plus légale. (Reste que c’est un scandale.  Avec ce genre de procédé appliqué fiscalement à une seule catégorie, comment voulez-vous que le citoyen lambda n’est pas des haut-le-cœur devant sa feuille d’imposition ? MC)

La pollution des eaux lors de l’extraction du gaz de schiste, due à un mauvais béton? Voilà le nouveau credo offert aux lobbies pétroliers et gaziers, qui dorénavant peuvent s’appuyer sur une étude scientifique publiée le 15 septembre dernier. Dans la revue de l’Académie des sciences des États-Unis (pays champion de l’extraction), il est ainsi expliqué que la fracturation hydraulique et les forages horizontaux ne seraient pas les responsables de la contamination de l’eau potable dans les zones proches de récupération du gaz de schiste.

CENTRAFRIQUE DE BOKASSA AU CHAOS : LA FRANCE DISQUALIFIÉE.

Jusqu’à présent, qui se souciait de la tragédie en Centrafrique ?

Le délitement du pays, les souffrances du peuple, la violence et les exactions des groupes armés avaient lieu à huis-clos. Quand le chaos se généralise, il devient gênant. C’est ce moment que choisissent les grandes puissances pour intervenir.