La dernière condamnation d’Alain Soral date du 2 octobre : une année de prison pour injure publique antisémite. Il avait qualifié le monument du Panthéon, à Paris, de « déchetterie casher » après l’inhumation de Simone Veil et de son époux dans cette nécropole en juillet 2018. Le condamné reste libre en raison notamment des appels en cours.

Si parfois la peste brune, répand en toute clarté de scélérates valeurs sur les réseaux sociaux, elle utilise aussi les manières les plus insidieuses, les plus cachés (comme des images subliminales) pour diffuser des allégations dangereuses, haineuses, xénophobes, le plus souvent en toute impunité. Pourtant…

Depuis peu de temps, des élus ont redéposé un projet de loi sur les mamans (portant un foulard) qui accompagnent leurs enfants dans les sorties scolaires ; la relance du débat sur le voile à l’université ; et la déclaration de Sarkozy disant : « on est contre le foulard parce qu’on est pour l’égalité ».

Un supposé « complot juif» est à l’origine de tous les délires d’Alain Soral. Selon Emmanuel Kreis (Historien), ce conspirationnisme se nourrit des failles réelles du système et s’appuie sur les angoisses des gens. Soral, le guide penseur de M’Bala M’Bala sur les thèses de conspirations juives …