Bien évidemment actuellement est mis en avant, désigné à la vindicte populaire, mis sur la sellette, la perte des unités de recherche dans les laboratoires pharmaceutiques ou d’État, autour de la santé.

Pour autant, c’est bien la recherche dans son ensemble qui a été abandonné autant par les entreprises, que par l’État.

Il est vrai que le temps dispensé en recherches n’est pas assuré d’une rentabilité immédiate, autrement, dit ça coûte avant d’esperer une possible rentabilité ; voilà pourquoi les actionnaires entendent d’abord profits et suppriment ces unités de recherche d’entreprises, aux profits d’exploitations de brevets qui leur assurent rapidement des bénéfices. MC

Voilà Paris devenu une ville de livraison. Avec le Covid, nous vivons tous à New York, attendant notre miam-miam livré à domicile. Vides, les villes sont laissées aux millions de rats arrogants et à quelques milliers de jeunes Noirs filant à vélo ou dispersés en patients petits groupes devant les fast-foods, essaims d’abeilles à deux roues.

Les médias et les studios ne désemplissent pas, dégueulant d’experts en tous polis et de toutes odeurs, donnant des monceaux d’avis, le plus souvent contradictoire, mais faut remplir les têtes (hélas trop vides) de la population avec le leitmotiv : le gouvernement fait ce qu’il faut… !!!

 […] Fin janvier, l’historien Benjamin Stora remettait au président de la République son rapport pour une « réconciliation mémorielle » entre la France et l’Algérie. En excluant toute forme de repentance, il préconise un certain nombre d’initiatives concrètes, pour que ce passé soit regardé en commun par les deux pays, et enfin assumé.

Et pas seulement à cause des éventuels effets indésirables de son vaccin, qui ont entraîné sa suspension quelques jours puis son retour (sans plus de garantie pour autant).

Dans la volonté d’afficher la rentabilité financière, vertement critiquée par la Cour des comptes en 2019 pour son « immobilisme » et son manque d’« efficacité économique », l’institution que forment le Mobilier national et les Manufactures des Gobelins, de Beauvais et de la Savonnerie, fondée sous Louis XIV afin de fabriquer les meubles et tentures des palais royaux, se cherche une utilité sociale nouvelle en ce début de XXIᵉ siècle.

Injonction lui est donc faite d’entrer dans l’ère de la rentabilité, de la concurrence, de la performance. En somme, de vivre avec son époque. La richesse de la vénérable maison, gardienne d’un exceptionnel savoir-faire et d’une autre éthique du travail, ne se situe-t-elle pas précisément en dehors des normes néolibérales ?

Les politiques ont bien reçu le message (1). Ils se sont emparés du débat autour des 46e César transformés (selon eux) en « meeting politique », dixit Roselyne Bachelot. La ministre de la Culture a répliqué vertement, mardi sur RTL au bashing dont elle a été l’objet tout au long de la cérémoniiieûû à laquelle elle assistait en coulisses (faudra m’expliquer cette info rajoutée par qui? Et pourquoi n’etait-t-elle pas dans la salle?), « navrée » par un spectacle qui a suscité « une antipathie absolument incroyable » des spectateurs.

Le lundi 1er mars, Nicolas Sarkozy est devenu le premier ex-président de la République à être condamné à de la prison ferme, pour avoir tenté de corrompre le juge Gilbert Azibert. Un succès pour le parquet national financier, à l’origine de la procédure. Cependant, cette récente institution devra sérieusement se muscler si elle veut endiguer la montée de la corruption.

L’information ne peut se réduire au diktat sélectif et autoguidé de quelques médias. Bien que nécessaire, les informations sur le Covid, quelques attractions peoples, cachent volontairement un certain nombre de réalités, dans le seul dessein d’amener des Français à réinstaller en 2022 le même locataire temporaire de l’Élysée et ses groupies à l’Assemblée Nationale. Reste, qu’entre-temps d’avoir tant négligé la pauvreté et à organiser la paupérisation tout comme la ghettoïsation, ce gouvernement s’expose à une explosion qui pourrait être immaitrisable. MC

… c’est l’Institut Montaigne, un cabinet fantôme mais efficace…

Irradiation, cancers… Tout comme le sera le nuage de Tchernobyl s’arrêtant aux frontières françaises, l’impact des essais nucléaires français, dans le Sahara -département français à l’époque– dans le Pacifique l’impact des explosions nucléaires, ont été systématiquement minorés.

Dans l’univers de la presse française, qui est passée en large partie sous la tutelle des puissances d’argent, et qui souffre du même coup d’un manque cruel d’indépendance éditoriale (quand elle ne fait pas l’objet d’instrumentalisation, de manipulations ou de censures), il faut saluer l’indignation de la rédaction du Parisien face à un éditorial de la direction du journal accablant la justice au lendemain de la condamnation de Nicolas Sarkozy (alors que ce journal est depuis 2015 la propriété du milliardaire Bernard Arnault, ami de Nicolas Sarkozy et témoin de son second mariage).

IKEA, Samsung, Bricorama, But, 3 Suisses, Engie Home Services… Toutes ces boîtes (et plus de 15 000 autres, grandes ou petites) possèdent un point commun : elles font appel aux services des « médiateurs de la consommation » de Médicys.

Après avoir déclenché une vive polémique sur l’« islamo-gauchisme » à l’université, la ministre de l’Enseignement supérieur annonce la mise à disposition gratuite dans les facs… oui, mais de quoi donc, qu’est-ce ! […]

Biberonnés aux réseaux sociaux, cernés par les fake news, les jeunes peuvent-ils se réconcilier avec l’information ?