Au petit matin, alors qu’il faisait encore nuit, la police a fait irruption dans l’appartement des parents d’Amar, en banlieue parisienne. « Ils m’ont menotté et m’ont plaqué au sol », se souvient-il. « Quand je leur ai demandé pourquoi ils faisaient cela, il m’ont juste dit que je représentais une menace potentielle. » La perquisition n’a entraîné aucune enquête pénale à son encontre, mais le souvenir de ce raid nocturne continue à hanter Amar et sa famille.

Cette scène s’est produite en novembre 2015, peu de temps après les effroyables attaques de Paris

Les ministres européens de l’Intérieur se sont rencontrés le 25 janvier à Amsterdam, ils ont évoqués la crise des migrants, le terrorisme, et aussi [et surtout] de l’épineuse question des contrôles aux frontières au sein de l’espace Schengen.

Devant tant de victimes, qui ne faisaient que vivre leur vie dans une République laïque où les citoyens naissent et demeurent libres et égaux en droits, l’effroi suscité par ce massacre doit céder la place à une réponse raisonnée et déterminée qui rassemble le peuple sur la base de nos principes et de nos valeurs.

Depuis des mois, les alertes de nombreux spécialistes et de nos institutions n’ont pourtant pas manqué. On avait peine à l’imaginer. Et pourtant ! Vendredi soir, des loups sont une nouvelle fois entrés dans Paris et Saint-Denis, provoquant un horrible carnage et irriguant les rues d’un sang innocent. L’effroi, l’émotion et le chagrin continuent d’envahir la France et, au-delà, le monde entier.

 Bien que ne partageant absolument pas l’analyse de cette dame, publiée dans « Libération »,  je l’ai « posté » pour réflexion. C’est a mon sens, un texte manquant d’objectivité, mais symptomatique de la pensée traversant certains Français. Quoi qu’il en soit je suis pour tout lire, d’où le « postage ». MC

Certains de nos représentants [politiques] ont fait le lit du terrorisme en abandonnant des quartiers pour acheter la paix sociale.

Depuis les attentats du 11 septembre 2001, les puissances occidentales ont érigé la guerre contre le terrorisme en priorité stratégique sans que l’on sache vraiment ce que recouvre le terme. Quoi de commun en effet entre les groupes révolutionnaires nés dans les années 1970, les réseaux d’Al-Qaida et les luttes armées pour l’indépendance ? Les témoignages de militants éclairent les logiques de la violence politique.

Encore une étude sur le terrorisme, une de plus me direz-vous, c’est vrai, mais toutes les théories sont à lire pour se faire une idée précise, comprendre la genèse, les buts, et ainsi mieux condamner la montée de ces mouvements extrémistes et guerriers. MC

Deux semaines après les attentats qui ont endeuillés la France, le premier ministre, Manuel Valls, vient d’annoncer une série de mesures censées renforcer la lutte contre le terrorisme

Si le terme « islamophobie » signifie quelque chose, ce doit être la peur et la haine des musulmans, qui rendent plus difficile à ces derniers de vivre dans des sociétés plurielles et de fonctionner effectivement dans une culture et une économie mondialisées. Mais, selon cette définition, qui sont les pires islamophobes ?