Il n’est pas de jour, de semaines, de mois, d’années, de siècles … sans migration de peuples cherchant à se protéger, fuyant guerres, persécutions ou famines. D’aucuns peuvent le nier, il ne reste pas moins qu’aucun État sur terre ne peut prétendre s’être constitué sans aucun passage de peuples. MC

Professeure bénévole au sein d’un CLIS, organisme associatif qui propose des cours de français aux étrangers dans les mairies, Juliette a dernièrement reçu le livre officiel de « grammaire progressive », qui doit permettre à ses élèves de commencer à prononcer quelques phrases simples.

La Cimade a décrypté l’intégralité du texte, et le constat est accablant : hormis de rares mesures de protection favorables, les garanties et droits fondamentaux, notamment le droit d’asile, sont bafoués, des dérogations majeures au droit commun sont consenties, et une accentuation de la maltraitance institutionnelle est rendue possible.

Depuis le démantèlement de la « Jungle », la population d’exilés installée aux alentours de Calais a été divisée par dix. Mais pour les quelque neuf cents qui restent, dont de nombreux mineurs, le quotidien, dans des conditions de vie épouvantables, prend l’allure d’une guerre communautaire. […]

Les unes des médias selon leurs implications politiques, proposent souvent des propos insultants parfois complaisants envers les migrants. Une instrumentalisation qui cacherait la forêt, mais voyons, ben c’est vrai ……

Même les journaux ou hebdomadaire les plus à droite s’en offusquent, un extrait d’un article ci-dessous paru dans « L’Obs » signé par Patrick Bouchero, Migrants : « Jamais le gouvernement actuel n’a été aussi loin dans le mépris des droits humains », donne le ton et sonne la révolte contre le futur traitement programmé des migrants concocté par le gouvernement français. MC

[Ce n’est ni le premier, ni le dernier sujet, ] qui menace […] l’unité de la majorité des élus représentés dan l’hémicycle de l’assemblée par LRM-Modem-CDI etc. mais ça chatouille la sensibilité de certaines-certains plus portés sur le respect sociale que sur leur compte en banque.] MC