Adieu, Epoxiconazole

Chaque année, en France, quelque 200 tonnes d’époxiconazole sont répandues dans les champs de blé, d’orge, de seigle, d’avoine, et des cultures de betteraves, dans le but d’éliminer les champignons susceptibles d’affecter la qualité de la récolte.

Lire la suite

La pauvreté fait baisser les revendications et salaires …

Bruno Le Maire aurait voulu semer le trouble qu’il ne s’y serait pas mieux pris. Invité de l’émission  » Le Grand Rendez-Vous Europe 1-Les Echos-CNews « , le ministre de l’économie a indiqué, dimanche 20 mai, que, « à partir du moment où nous réussissons à créer des – postes – dans le secteur privé, (…) il peut être légitime de réduire la politique sociale sur l’emploi ».

Lire la suite

Professionnels de santé, lobbying pharmaceutique et silence de l’état ?

Le texte qui suit, signé Anne Chailleu, (lu dans la « Revue de la MTRL » N°83), illustre, encore une fois, la connivence des responsables de la santé – ministère en première ligne – et des laboratoires pharmaceutiques à travers un financement à flux tendu par ces derniers d’un grand nombre de patrons hospitaliers dont on peut se demander, lorsqu’ils interviennent dans les médias, s’ils parlent vraiment au nom de leurs compétences reconnues ou s’ils ne sont que les obligés des entreprises du médicaments qui les rétribuent confortablement pour les services publicitaires qu’ils leur procurent.

Lire la suite

Un dossier « prostitution »

Oui, je sais bien que ce n’est pas pendant la trêve des fêtes de fin d’année qu’il faut parler de ce sujet. Pourtant combien de personnes, hommes comme femmes, se retrouveront seules durant cette période à la recherche de quelques sentiments mêmes temporaires, mêmes tarifés ?

Sans être à leur place (fort heureusement), je comprends ces hommes et ces femmes demandeurs. Force est de constater que pour beaucoup d’entre elles ou eux, la demande temporaire et tarifée, sera satisfaite au grand dam des bien-pensants réfugiés dans leurs certitudes que le ou la personne tarifiant l’acte sexuel, est obligatoirement soumise à un proxénète ou dans l’esclavage moderne d’habitants de régions du globe en grande déshérence.  Faut-il pour autant condamné ces travailleurs du sexe ? N’y a-t-il pas de la part de certaines personnes une grande hypocrisie ? D’autre part affirmer que la prostitution n’existe que lorsque l’acte est tarifié est bien évidemment méconnaître les relations humaines liées à l’acte sexuel pour des intérêts personnels sans transaction financière directe. C’est vieux comme le monde.  MC

Lire la suite