Le texte qui suit, signé Anne Chailleu, (lu dans la « Revue de la MTRL » N°83), illustre, encore une fois, la connivence des responsables de la santé – ministère en première ligne – et des laboratoires pharmaceutiques à travers un financement à flux tendu par ces derniers d’un grand nombre de patrons hospitaliers dont on peut se demander, lorsqu’ils interviennent dans les médias, s’ils parlent vraiment au nom de leurs compétences reconnues ou s’ils ne sont que les obligés des entreprises du médicaments qui les rétribuent confortablement pour les services publicitaires qu’ils leur procurent.