L’urbanisation massive attendue au cours des vingt prochaines années – la population urbaine dépassera 70 % en 2030 – est une  » opportunité « , selon le Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (GIEC). L’urbanisation doit être l’occasion de construire des villes plus denses, de développer des transports en commun propres et des habitats sobres en énergie. Cette transformation se déroulera principalement dans les pays en développement, où il faudra ériger autant de villes nouvelles qu’il en existe aujourd’hui.

La bombe fiscale de la transition énergétique sur le point d’exploser !

Condamné pour irrégularités dans le financement des énergies renouvelables, le gouvernement a obtenu de la Commission européenne l’autorisation de les financer par des aides d’État.

POSITION DU RÉSEAU « SORTIR DU NUCLÉAIRE »

Sous le terme de « laboratoire » se cache une autre réalité : l’enfouissement programmé des déchets nucléaires les plus nocifs.
Mis en œuvre par l’ANDRA (Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs) et appelé CIGÉO (Centre Industriel de stockage GÉOlogique) ce projet entré en phase de conception industrielle en 2012 est censé être composé de : Un site d’enfouissement à 500 m sous terre d’une surface de 15 km² et devant accueillir à terme environ 10 000 m3 de déchets HAVL (Haute Activité à Vie Longue) et 70 000 m3 de déchets MAVL (Moyenne Activité à Vie Longue).