Aucun décideur public ou privé de premier plan ne peut désormais faire l’impasse sur le défi climatique… du moins en paroles.

En France et dans le monde (du moins nous le supposons), il existait un système de consigne du verre « emballage » pour la vente de boissons : le client déboursait quelques centimes supplémentaires, qu’on lui rendait quand il rapportait la bouteille vide.

À la vue de l’obstination à poursuivre l’embouteillage de son soda dans des bouteilles en plastique alors que la planète entière décide petit à petit d’abandonner ce matériau issu du pétrole, on aimerait savoir s’il n’y a pas une liaison d’intérêts financiers entre les industries pétrolifères et la volonté de poursuivre l’embouteillage en plastique par certaines entreprises ? Ce n’est qu’une question, absolument pas une affirmation… quoi que ! MC

Entre deux manifs sur les retraites, le gouvernement a montré une fois encore comme il est couché devant la FNSEA et les lobbies de l’agrochimie.

D’ici à fin 2020, l’Anses va retirer de la vente plus de la moitié des produits contenant cette molécule controversée.

Non, rassurez-vous nous ne sommes pas dupes et nous sommes bien conscients que si cette compagnie d’assurance s’intéresse à l’écologie, c’est aussi, et avant tout, parce qu’elle attend des retombées économiques, d’acquérir par cette démarche de nouveaux adhérents. Il en reste pas moins vrai que si toutes les entreprises faisaient un geste en faveur de l’écologie en informant chacun de ses salariés, sociétaires, dirigeants, etc. de la nécessité de bouleverser nos comportements, nos habitudes, cela serait une bonne chose. MC

La France est le premier pays d’Europe et le troisième mondial en ce qui concerne l’utilisation de pesticides [1]. Ce triste palmarès expose particulièrement la population aux épandages massifs de produits dits « phytosanitaires ».

Une réflexion qui a quitté largement la sphère des spécialistes scientifiques en écologie, climatologie, météorologie et autres …gie de service, maintenant que la prise de conscience écologique pour défendre la planète est universelle, comment ne pas s’interroger sur tous ces transports avions, bateaux et croisières diverses, « offertes » à la plus grande majorité (d’une certaine population disposant de moyens financiers). Comment ne pas leur crier qu’ils sont des pollueurs, tout aussi coupables que les : armateurs, transporteurs, voyagistes, estivants et les industriels ; couverts qu’ils sont en cela, par tous les gouvernements du monde. MC

Version Nicolas Hulot, […] Dans une tribune publiée par France Info lundi, l’ancien ministre de la Transition écologique démissionnaire appelle les députés à voter contre le Ceta.