« PARIS ne veut pas de nous ! Ce sentiment s’est profondément installé dans l’esprit des jeunes du département « 9-3″, depuis l’ouverture de Parcoursup. Pas une permanence parlementaire sans que je reçoive des bacheliers complètement abattus par le fait de n’être acceptés dans aucune fac parisienne, et qui me demandent d’appuyer leur demande d’affectation auprès du rectorat. »

Une étude sur la différenciation faite par les riches sur les pauvres dans les métropoles de Paris, São Paulo et Delhi – Etrange malaise après cette lecture. Pourtant chaque humain a les mêmes contingences, exigences et servitudes de vies. MC

« Je me suis fait avoir deux fois dans ma vie : quand j’ai cru que le ministère de la culture allait me donner de la thune pour libérer les gens par le théâtre et quand j’ai cru que la politique de la ville allait m’en donner pour faire une révolte. Mais ils ne vont pas nous donner de l’argent pour les décapiter ! »

L’arrivée de M. Barack Obama à la Maison Blanche, en janvier 2009, a fait naître de nombreux espoirs chez les Noirs : elle devait ouvrir le chemin vers une « Amérique post-raciale » débarrassée de ses divisions fondées sur la couleur de peau. Le scénario inverse s’est enclenché, et l’optimisme a cédé la place à la désillusion.

Paradoxe : la France n’est que le 5e pays d’accueil en Europe, l’impact économique de l’immigration dans le pays est faible, et pourtant ces questions suscitent une avalanche de débats, d’inquiétudes, de rejets. Selon Catherine de Wenden, présidente du comité Migrations de l’Association internationale de sociologie, la perception de l’immigration comme un « danger », notamment sur le plan économique, résulte avant tout d’une construction sociale, exploitée par les politiques.

…  Une analyse de l’essayiste Sorel-Sutter Marila.

 L’essai d’analyse sur la laïcité comme rempart de la république, présenté ci-dessous a le mérite de poser un certain nombre de questions. Pour autant à sa lecture complète plusieurs points sont pour le moins gênant. La conclusion ne saurait recueillir un consensus.

L’intégration ne peut se faire à mon sens, qu’en acceptant et respectant les us et coutumes ancestraux en usages dans le pays d’accueil. Autrement dit les migrants doivent se plier aux usages courants de la nation accueillante. Toute volonté d’imposer us et coutumes venues de son pays amènent obligatoirement un communautarisme porteur de discrimination, ghettoïsation, xénophobie voulue ou inconsciente. MC

« Le mouvement collectif ne vaut que par la valeur des énergies individuelles. » Jean Jaurès, 1908

La société est aujourd’hui mise à mal par ceux qui prônent le rejet de l’autre. Cette situation n’est ni nouvelle par son essence ni spécifique à notre pays, mais elle est aggravée par un contexte économique générateur de ségrégations.

« La pauvreté, qui sévit incontrôlée depuis trop longtemps, est liée aux troubles sociaux et aux dangers qui menacent la paix et la sécurité. À l’occasion de cette Journée internationale, investissons dans notre avenir commun en aidant les pauvres à échapper à leur condition, pour qu’à leur tour, ils puissent contribuer à changer le monde. » M. Ban Ki-moon, Secrétaire général de l’ONU

Je n’ai pu discerner clairement dans la prose du journaliste : admiration ou mépris pour ce type de ménagement-« travail, vente au public »-.

Connaissant la tendance de l’hebdo, je pencherais plutôt pour croire que c’est l’énorme réussite financière (pour combien de temps) de cette enseigne, qui est mis en exergue.

Le style de management de vente surfant sur le sensationnel, l’extravagant et l’inhabituel, pour réaliser des recettes providentielles en ces temps de crise, utilise le mépris, aucune considération envers ses employés traités comme des Kleenex, mais n’a pas plus de considération envers une clientèle tournée uniquement vers le « in d’une mode ». Notez que ce type de management commerciale est déjà dépassée par d’autres aventuriers financiers utilisant toujours plus d’inventivités pour faire du cash. Quelle nouvelle enseigne aura l’audace d’exiger des tenues « Topless » pour ses employées dans les magasins d’habillement masculin ? MC

J’avais reçu un mail (voir) qui m’a révulsé par son style dénonciateur à la mode de 1941, Vichy. C’est le genre d’écrits déjà maintes fois utiliser et diffuser via le net envers les députés ou sénateurs (avec l’argument trop payer, même pas présent dans les hémicycles) produit par un/des obsédé-s de la droite (voire de l’extrême droite) soucieux de dénigrer, disculper qui une profession aujourd’hui, qui demain leur origine ethnique ou leurs appartenances à un parti. 1941 nous y revoilà.

Pour ma part lorsque je lis un article je ne me réfère; comme critère de valeur, ni au nom de l’auteur, ni au nom de l’éditeur.
Je considère qu’il y a des affirmations juste dans tous les articles, éditoriaux, différents textes, et que c’est au lecteur -et au lecteur seul- de se faire SON opinion à travers ses connaissances, ses engagements.

Toutefois, tous articles -et combien y en a-t-il eu ces deniers mois pré et post électoraux (comme lors de toutes élections a caractère nationales ou européennes) sur les salaires de tels classes élus, PDG, sportifs, etc.- ne sont jamais impartiaux et toujours destinés à la vindicte d’une certaines population non regardante ou peu renseignée.

Plutôt que de lancer en pâture les « hauts » salaires de telle « classe » devrait ont dénoncé le scandale -le mot n’est pas trop fort- des salaires de misère,  de l’emploi a 1/4 de temps, de salaires payer pour 40 h travaillées ne permettant pas de vivre decemment … alors que certains dirigeants d’industries voient leurs émoluments franchir des seuils indécents qu’aucun ouvrier ne saurait gagner tout une vie de labeur.

Fort heureusement j’ai reçu un mail d’une personne relevant et dénonçant cet abus d’utilisation des réseaux sociaux à des fins discriminatoires hier envers les élus, aujourd’hui une profession, et demain je n’ose y penser … déjà qu’arabe, noir, rom sont stigmatisés !

Je vous livre sa prose-mise au point