Cacher des maux, sous des mots (2)

1 – LEXIQUE DE MOTS OUVERTEMENT PIÉGÉS

Il y a des expressions essentiellement forgées pour faire passer en douce un mode de pensée qui accepte (à l’insu de son plein gré ?) le système d’injustices et d’aliénations qui nous gouverne. On est alors enfermé, parfois sans s’en rendre compte, dans un labyrinthe dont toutes les issues sont bouchées. Lire la suite

Un politologue drapé de neutralité : mon œil.

Vrai faux scoop : Dominique Reynié est de droite, et il brigue la candidature de l’alliance UMP-UDI-Modem aux régionales en Midi-Pyrénées/Languedoc. On nous aurait menti ? Le savant était un politique depuis le départ et comme beaucoup « d’expliquants politiques ou de la finance » officiant dans les médias audiovisuels, il est de droite : la neutralité démasquée ? Extraits

“Alors comme ça, vous êtes de droite ?”, demande Léa Salamé au professeur à Sciences Po Dominique Reynié, directeur de la Fondation pour l’innovation politique (Fondapol, un think tank libéral) sur France Inter ce 7 avril. Celui-ci s’esclaffe derrière ses lunettes sans monture, puis répond ironiquement : “C’est un scoop !”. Ceux qui le suivent – volontairement ou pas – dans ses multiples interventions médiatiques le savent en effet depuis longtemps: Dominique Reynié, s’il est toujours présenté par ses hôtes comme politologue drapé de neutralité scientifique (…)

“L’observation, seule, me paraît insupportable”

On en a désormais le cœur net. Ce 5 avril, il a annoncé via la presse régionale qu’il briguait la candidature de la droite (UMP-UDI,Modem) aux élections régionales dans la grande région Midi-Pyrénées/Languedoc-Rousillon. S’il n’a “pas encore” sa carte à l’UMP, il reconnaît avoir obtenu l’accord de Nicolas Sarkozy, qu’il a contacté. (…)

“Quand on vous parlait de l’objectivité de ses études !”

Dès l’annonce de sa sollicitation de candidature, plusieurs personnalités politiques ont réagi. Sur Twitter, le secrétaire national du Parti de Gauche Eric Coquerel ironise : “Quand on vous parlait de l’objectivité de ses études!”.

Tiens @DominiqueReynie de nouveau invité de @franceinter mais en partisan de l’UMP. Quand on vous parlait de l’objectivité de ses études !

— Eric Coquerel (@ericcoquerel) April 7, 2015

En février dernier le PG a en effet souhaité porter plainte contre le politologue suite à ses déclarations sur France Inter, selon lesquelles “les proches du Front de gauche et les électeurs de Jean-Luc Mélenchon en 2012″ constituent un des “trois foyers d’expression de l’antisémitisme très forts” dans la société française, suite à une étude de la Fondapol. (…)

Le FN dénonce la “complaisance des médias”

Le vice-président du Front national Florian Philippot a également été très prompt à réagir, le traitant d’”imposteur” sur Twitter.

D.Reynié a toujours maintenu qu’il était “neutre” quand il crachait sur le FN. On apprend maintenant qu’il veut être investi UMP…Imposteur — Florian Philippot (@f_philippot) 5 Avril 2015

(…)

Le politologue, et les médias qui l’invitent systématiquement pour commenter l’actualité, ont déjà été maintes fois critiqués. Le directeur du Monde diplomatique Serge Halimi le cite dans Les Nouveaux chiens de garde (éd. Raisons d’agir, 2005) pour illustrer le phénomène des “experts” qui prêchaient dans les médias pour le “oui” au TCE en 2005, sous les habits de la science : “Selon lui, tout ce qui allait bien, on le devait à l’Europe (…) À ce jeu-là Dominique Reynié aurait mérité un Molière. À défaut d’avoir accru sa médiocre réputation scientifique, sa carrière dans les médias est assurée”. (…)

extrait d’un article de Mathieu Dejean – © Les Inrocks – Source 

A quoi joue D. Cameron, le 1er Ministre anglais ?

(…) Le premier ministre britannique, David Cameron, use et abuse de la menace d’un référendum sur le maintien ou non du Royaume-Uni au sein de l’UE, une fois réélu en 2015, pour défendre une vision encore plus libérale de l’Europe. (…)

Lire la suite

Tout se paie : c’est à vérifier !

« Tout se paie », affirment en chœur les économistes libéraux sur le ton de l’évidence. L’enseignement universitaire véhicule cette vision qui exclut in fine tout désintéressement dans les rapports humains. Pourtant, le rôle central de l’argent dans nos sociétés relève en grande partie de l’idéologie, et pas seulement d’un débat « réaliste » sur l’efficacité en économie. Lire la suite