Cécile Duflot se permet de porter un jugement personnel sur les « presque » trois années d’exercices du « macronisme ». L’avis d’une personne ayant évolué dans le milieu écologiste, maintenant directrice d’une association militante (OXAM) ; libre à chacun d’approuver ou réfuter son analyse. MC

Mille et un potins médiatiques autour de la pré-présidentielle 2017

Note générale au sujet de cette série d’articles consacrés à la présidentielle de 2017 et des législatives qui vont suivre dans la foulée.

Les extraits d’articles postés sur ce blog, ne le sont qu’à titre d’information sur le positionnement de chacun des candidats.

Ils ne révèlent en rien, la position personnelle de l’administrateur du blog. MC

Le rassemblement communiste de la fête de « L’Humanité » s’essaye à trouver une gauche historique et sociale faisant contrepoint à la droite et extrême droite après la mise hors compétences du « hollandisme » et de ses suiveurs ex « gaucheman », son glissement centre-démocrate en delaissant ses racines sociales-démocrates…. Florilège médiatique. MC

On devrait se réjouir de la décision d’Emmanuel Macron en ce qu’elle pourrait rebattre les cartes d’un système politique à bout de souffle. Pourtant, ce n’est pas une si bonne nouvelle, estime le Financial Times.

Notez: ce n’est pas parce que je « poste » une info que j’adhère a son contenu. C’est dans l’esprit de donner l’info la plus large permettant de se faire une idée personnelle en connaissance de cause. MC

Un mois après les élections régionales, les écologistes sont encore sonnés. Il y a bien sûr les scores du Front national au premier tour, le 6 décembre 2015, qui restent gravés dans la tête de chacun. Mais il y a surtout leurs résultats : 6,81 % des voix ; 66 élus contre 265 cinq ans plus tôt. Une des plus mauvaises performances d’Europe Ecologie-Les Verts (EELV) dans une élection qui lui est pourtant réputée favorable.

A l’appui de ses propos, le premier ministre citait l’historien Pierre Nora :  » La France est en péril de paix. «  » Si la France est en “péril de paix” alors ne la divisons pas davantage ! Egalité de tous les Français devant la loi « , lui a répondu son prédécesseur à Matignon, sur son compte Twitter.

Que ce soit au sein de La Manif pour tous ou à la Fête de l’Humanité, au sein du Parti socialiste ou chez les Veilleurs, chez les écologistes ou chez les Identitaires, le terme «combat culturel» est redevenu à la mode, au risque de devenir une nouvelle «tarte à la crème» dénuée de sens.

Le 28 août, Manuel Valls a fait voler en éclats la loi Alur de Cécile Duflot. Il anéantit quasiment l’encadrement des loyers, qui était la mesure phare du texte, et annonce des dispositifs favorisant la construction et l’investissement, qui devraient surtout bénéficier aux foyers les plus aisés.

 

Le 30 septembre à Paris contre le TSCG.

Initié par le Front de gauche, l’appel à manifester le 30 septembre s’est élargi. Il va désormais bien au-delà de ses rangs.

Et si le peuple, qui n’y était surtout pas convié, s’invitait quand même dans le débat ? L’idée d’organiser une grande manifestation populaire courait déjà depuis quelques semaines dans les milieux associatifs et syndicaux, en particulier dans les rangs du collectif L’audit de la dette. Elle a été saisie au vol par Jean-Luc Mélenchon, un jour d’été à Grenoble, aux Estivales du Front de gauche. Puis, rebondissant de réunions publiques en assemblées citoyennes, attirant autour d’elle un nombre croissant d’associations et de syndicats, roulant jusqu’à la Fête de l’ Huma, la mobilisation du 30 septembre est devenue davantage qu’un « Front du non au traité » : le « signal de départ d’une campagne nationale contre l’austérité ».