“ Le PLU intercommunal est une évolution indispensable ”

Le président de l’ Assemblée des communautés de France (ADCF) réagit pour « Acteurs publics » aux nouvelles règles du jeu votées par les députés sur le plan local d’urbanisme intercommunal (PLUI). Attention à ne pas dénaturer le projet de loi, prévient Daniel Delaveau, en regrettant certaines attaques caricaturales”.

Partenariat public-privé (PPP). À l’oreille, ça a l’air sympa.

Dans la réalité, il s’agit de la mise en coupe réglée des finances publiques au service du privé, de la fabrication d’une dette supplémentaire avec des projets montés à crédit sur plusieurs dizaines d’années.

Que gagnera-t-on à distribuer régionalement et gérer localement l’électricité ?

La fin de la péréquation tarifaire, des tarifs régulés et du service public. Aujourd’hui émergent dans les débats sur la transition énergétique des discours d’autonomie régionale aussi bien au niveau des moyens de production d’électricité que de la distribution de l’électricité et du gaz.

L’eau est vitale au développement humain. Sans eau pas de vie.

Pourtant dans le monde aujourd’hui, 1,4 milliards de personnes sont privées d’eau potable, tandis que plus de 5 milliards n’auront sans doute pas accès à un système d’assainissement décent, d’ici 2030.

Ils sont grands, attrayants, animés. Ils regroupent bon nombre de boutiques autour d’une grande surface, disposent de restauration, cinéma, salle de sport, de jeux et surtout de parkings à l’immédiate proximité. C’est le rêve pour une certaine forme de clientèle.

L’envers du décor est beaucoup moins joli, c’est souvent la disparition de terres agricoles, bon nombre d’emploi précaire à moindre rémunération et surtout ils contribuent à faire disparaître les petits artisans commerçants des centres villes affaiblissant ainsi l’animation des villages et villes.

C’est aussi la perte de relations amicales et d’échanges commerciaux qui avec son boucher, sa boulangère, son épicier, sa quincaillère, son coiffeur, sa mercière, etc. des commerces à jamais  perdus. MC

J’ai repris un article de 05 juillet 2012 d’un de mes anciens blogs (Overblog), abandonné depuis l’ouverture de celui-ci sur WordPress dans le mesure ou le premier, toujours visible mais plus alimenté, est encore très souvent visité notamment cet article, prouvant ainsi son intérêt et les raisons pour lesquelles je le « poste » a nouveau sur ce blog. MC

Des insecticides couramment utilisés dans l’agriculture seraient responsables de l’hécatombe des abeilles en Europe. Bruxelles aimerait imposer un moratoire sur leur utilisation mais les fabricants n’ont pas l’intention de se laisser faire.

Influencés par l’irrationalisme propre à certains courants de pensée dits « écologiques », les pouvoirs publics actuels ont décidé la fermeture prématurée de la centrale de Fessenheim. Pis encore, ils ont déjà mis en œuvre, de façon inavouée voire clandestine, diverses mesures passées inaperçues qui préparent de facto une sortie progressive du nucléaire telles – parmi d’autres – l’abandon de l’EPR de Penly et le non financement du projet ASTRID (réacteur rapide au sodium de 600 MW e), filière dont on sait qu’elle constitue la base de la prochaine (4e) génération de réacteurs nucléaires civils et qui permet en outre de développer la destruction par transmutation des déchets radioactifs (perspective prévue par la Loi Bataille).

Il est pourtant facile de montrer que la fermeture de Fessenheim est une absurdité tant au plan technique qu’économique.

Le modèle énergétique actuel est-il vraiment à « bout de souffle », comme le laisse entendre l’économiste américain Jeremy Rifkin, et le cours de la transition énergétique aussi impavide qu’un long fleuve tranquille?

La question mérite d’être posée.

Excédentaire et pourvoyeur d’emplois, le secteur touristique pourrait contrebalancer en partie le déclin de l’industrie. Mais cet excédent est fragile. Dans ce secteur aussi, la France doit améliorer son offre pour rester dans la course.

 

Pour cela la Ministre du logement C. Duflot, « a la solution : céder gratuitement les terrains que l’état possède encore ». Rien que ça !

  1.   C’est terrains appartiennent à l’état donc à chaque contribuable.
  2.  pour construire des logements sociaux manquants dans de nombreuses villes : oui
  3.  pour autant pas question de « donner » le droit de construire à d’autres entreprises que les Offices publiques des HLM organisme municipal, départemental ou national.
  4.  Non à l’exploitation de logements locatifs par des entreprises privées.

MC