Entre l’interdiction à terme des « diesels », la réduction de la vitesse sur les routes,  les obligations de contrôles techniques, le coût d’entretien et de réparations, l’augmentation constantes des carburants et des assurances automobiles, alors qu’est plus qu’envisagé les péages à l’entrée des métropoles, le prix horaire des stationnements ou des parkings, le coût d’achat des véhicules, les péages d’autoroutes, l’augmentation des « pass métro » et la privatisation des TER, la saturation des transports en commun urbain comme ruraux, non seulement le coût trajet Domicile-Travail-Domicile (souvent multiple) devient un budget très important pour un couple actif mais impute le budget loisir de fait.

Où va-t-on ? car en posant la question des coûts des transports (s’additionnant à celui des logements ou lieux de résidences) c’est directement l’impact sur les budgets qu’il s’agit. Outre la non revalorisation des salaires et pensions, le pouvoir d’achat réel en baisse, c’est de notre avenir et ceux de nos enfants qu’il s’agit. MC

Comment la vit-on ? Comment y vit-on ? La plupart des salariés ne travaillent pas dans la commune dans laquelle ils dorment, c’est-à-dire qu’ils ne vivent pas principalement dans la ville dans laquelle ils logent.