Les associations menées par les femmes, sont plus souvent jusqu’au-boutiste dans leurs engagements que les assos. menées par des hommes, elles sont plus « extrêmes » aussi lorsqu’il s’agit d’un collectif-association, émanation féminine de « feu » l’association « génération identitaire » d’extrême droite, il y a lieu de s’inquiéter. MC

Depuis le démantèlement de la « Jungle », la population d’exilés installée aux alentours de Calais a été divisée par dix. Mais pour les quelque neuf cents qui restent, dont de nombreux mineurs, le quotidien, dans des conditions de vie épouvantables, prend l’allure d’une guerre communautaire. […]

Nous comprenons les prises de position des responsables du mouvement associatif qui s’obstinent souvent à regarder un verre à moitié plein, alors qu’il est largement plus qu’à moitié vide.

On ne compte plus les associations dont les comptes virent au rouge, plombés par les mesures d’austérité. Décidées au niveau national, ces coupes dégringolent en cascade jusqu’aux finances locales.

Au bout de la chaîne, des associations mettent la clé sous la porte ou se séparent de leurs permanents. « Entre 2010 et 2012, le secteur associatif a perdu 11 000 emplois alors qu’il représente aujourd’hui un emploi sur dix du secteur privé », confirme Valérie Fourneyron, ministre des Sports, de la Jeunesse, de l’Éducation populaire et de la Vie associative.

Lorsque les directives Merkel-Hollande sur l’austérité, les demandes réitérées de Bruxelles de ne plus « subventionner aucune entrepris et associations au nom de la libre concurrence (pour l’épanouissement et l’organisation mercantile des entreprises et associations privées) Ils organisent les baisses de crédits/subventions menaçant de faire disparaître 40.000 postes dans les associations citoyennes.

C’est l’art et la manière de créer du chômage parmi les organisateurs et dirigeants d’associations, de faire disparaître des associations apportant de la solidarité en ces temps de crises aux plus nécessiteux de même que dans bien des endroits ils assuraient le combat contre l’oisiveté (mère de tous les vices) dans les citées, maintenait l’entente multiraciale, cultuelle et une certaine sécurité. MC

La première réunion parisienne de préparation de la grande mobilisation associative prévue du 14 au 22 septembre, à l’initiative du Collectif des associations citoyennes (CAC), a été l’occasion de tirer la sonnette d’alarme. « On écrase les collectivités et c’est une situation explosive pour les associations », assure Bernard Massera, de l’Accueil Goutte-d’Or, centre social du XVIII’ arrondissement de Paris.

Associations: comment la réforme du financement pousse aux échecs

Le financement des associations selon leurs projets et non plus selon leurs besoins a conduit au dérèglement du secteur et à la précarisation des salariés, exposés à une dénaturation de leur fonction et à la souffrance au travail.

La loi de 1901 définissant clairement le but non lucrative des associations et leur rôle dans la société paraît, dans cet article, largement contestée au point qu’elle en deviendrait une entité intermédiaire ayant un statut d’association commerciale.

Il est vrai qu’il y a floraison d’associations avec nombres de salariés impressionnants s’occupant de pans entiers de la société délaissée par les pouvoirs publics, à commencer par l’aide aux personnes âgées. J’affirme haut et fort que ce type d’associations ne devraient pas avoir droit de cité si, et le si est énorme, la solidarité et les pouvoirs publics remplissaient leur devoir et respect envers la population ayant servi son économie pendant des années, devenue vulnérable avec l’âge, ne mérite surtout pas d’être délaissée de la société. MC