On ressort les affaires juridico-gouvernementales : Benalla–Crase-Macron

[Très proche d’Alexandre Benalla, l’ancien officier réserviste de la gendarmerie Vincent Crase, ex-responsable de la sécurité du parti LR-EM, (qui a été interpellé et placé en garde à vue, mardi 17 décembre 2019, dans le cadre de l’enquête ouverte par le Parquet National Financier (PNF) sur les contrats russes de la galaxie Benalla), avait créé dès juillet 2017 une société de sécurité privée baptisée Mars (à la fois une référence à « Jupiter », un surnom d’Emmanuel Macron, et le pseudonyme de Benalla sur certains réseaux sociaux). MC ]

Lire la suite

Benalla et l’écho des ondes !

Bizarre que l’affaire Benalla ne soit pas réapparue, quelque temps avant le début des élections européennes ! Pourtant cette affaire [affaire d’état peut-être bien ! MC] Est bien apporté au discrédit d’Emmanuel Macron. MC

Lire la suite

Censurer ?

Résumons. Une rédaction, celle de Médiapart, a été la cible d’une tentative de perquisition par deux procureurs et trois policiers de la Brigade criminelle dans l’affaire Benalla ; trois journalistes, deux du collectif Disclose et un de Radio France, ont été entendus comme suspects par la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) pour avoir révélé les mensonges du gouvernement sur les armes françaises au Yémen ; une grand reporter du Monde est convoquée à son tour comme suspecte par les services de renseignement dans l’affaire Benalla… point commun : Rémy Heitz, le procureur de Paris.

Lire la suite

Suite Benalla, encore un tiroir dans le ventre mou de l’Élysée ?

Selon un article de Médiapart récemment paru, Alexandre le démoniaque aurait toujours au moins un, voire des comparses en place, dans la cellule « protection » Élyséennes.

Lire la suite

Et si ?

… Si, c’était l’affaire « Benalla » et le compte rendu de l’audition de cet intrigant par le Sénat, qui faisait vaciller le pouvoir en place, plutôt que l’insurrection des gilets jaunes, le grand débat ou les élections européennes ?

Lire la suite