La classe politique française aurait-elle pris de (très) mauvaises habitudes ? L’affaire Fillon, ironiquement appelée Penelopegate, a semé le trouble sur le travail réel des attachés parlementaires à l’Assemblée et au Sénat dès lors que ces emplois sont réservés à des proches.

Un sentiment bizarre !

Entre satisfaction et desespoir. Désespoir de voir le Front National en tête de ce premier tour des élections dans le Doubs, désespoir de ne pas voir une coalition de gauche de type Syriza ou Podemos et même ailleurs le front de gauche français présent au deuxième tour face a cette montée frontistes. Satisfaction ou plutôt mi satisfaction de voir une personne représentante hélas du gouvernement en place, acceptant sa gestion sa gestion de l’État, tentant de s’opposer à que l’on veuille ou non une extrême droite ayant les oreilles et la possibilité de s’exprimer dans 99% des médias nationaux.