Christine Lazerges préside depuis 2012 la Commission nationale consultative des droits de l’Homme (CNCDH) (1). Une institution que cette professeure émérite de droit pénal et ancienne députée voit comme une autorité indépendante, indispensable dans la France d’aujourd’hui.

Le bilan de l’attaque aérienne qui a visé une fête de mariage dans le sud-ouest du Yémen s’est considérablement alourdi, passant à 131 morts, ont rapporté mardi des médecins. Cette attaque, une des plus meurtrières contre des civils dans ce pays, a été vivement condamnée par le secrétaire général de l’Onu, Ban Ki-moon. 

L’horreur se répète inlassablement en Méditerranée. Ce trait d’union qui jadis jetait des ponts entre les peuples et les civilisations, véhiculait les savoirs, les saveurs et les techniques, s’est transformé en un sinistre grillage que tentent de franchir au péril de leurs vies des milliers de migrants. Laisserons-nous notre mer commune devenir la frontière la plus dangereuse au monde ?

Ne nous y trompons pas. Les récentes « fuites » sur d’éventuelles sanctions contre Israël — organisées par Israël lui-même à travers les États membres de l’Union européenne qui le soutiennent inconditionnellement — ne sont que de la poudre aux yeux. Il s’ agit d’un simple projet que les pays membres n’ ont pas vraiment discuté et qui n’ a, dans le contexte actuel, aucune chance d’être appliqué. Quant à la reconnaissance de l’ État de Palestine, elle perd beaucoup de sa signification si elle ne s’accompagne pas de mesures coercitives contre la partie qui refuse la paix depuis longtemps, le gouvernement israélien.

Ne nous y trompons pas. Les récentes « fuites » sur d’éventuelles sanctions contre Israël – organisées par Israël lui-même à travers les États membres de l’Union européenne qui le soutiennent inconditionnellement – ne sont que de la poudre aux yeux. Il s’agit d’un simple projet que les pays membres n’ont pas vraiment discuté et qui n’a, dans le contexte actuel, aucune chance d’être appliqué. Quant à la reconnaissance de l’État de Palestine, elle perd beaucoup de sa signification si elle ne s’accompagne pas de mesures coercitives contre la partie qui refuse la paix depuis longtemps, le gouvernement israélien.

Aucun holocauste n’est tolérable, qu’ils soient récents ou anciens. Tout comme les dictatures, aucune exaction hégémonique d’un culte n’est tolérable. Pourtant le gouvernement israélien avec la bénédiction des grands états de ce monde, ne se prive pas de spolié les habitants séculaires. Si une partie du peuple israélien ne mérite aucune opprobre, dénonçant avec vigueur les extrémistes religieux et ce gouvernement ultra réactionnaire qui se sont couverts d’ignominie.

Dénonçons ce gouvernement socialiste libéral conduit par François Hollande, son ministre des affaires étrangères, offensant plusieurs états et leurs populations par des prises de positions indignes, favorisant l’expansion colonialiste du capitalisme. MC

Pas mal cet Edito mais pour ma part j’aurais préféré qu’on ajoute un volet géopolitique et financier expliquant les intérêts économiques résultants des enjeux du Moyen-Orient en général, et se servant d’État ou les dictateurs sévissent pour faire croire à l’opinion mondiale que les résidents de ces pays seront plus libres après la destitution du régnant en place, sans pour autant expliquer à la population qu’elle risque de tomber de Charybde en Scylla, d’un État dictatorial « privé » en une dictature religieuse extrémiste… MC

Kouchner, BHL, sont de ces hommes aux analyses sur les conflits légèrement différents dans les actions à mener sur le terrain des belligérants, mais correspondants a ce que j’appelle se mêler des affaires des autres et question subalterne pour le bienfait de qui ?

Quel avenir pour une Palestine « État observateur » au sein des Nations unies ?

La Palestine accède au statut d’Etat observateur non membre à l’ONU. S’agissait-il d’un vote historique pour la Palestine ?

Il s’agit en effet d’un vote historique et il a été considéré comme tel, tant au sein de l’ONU que par les Palestiniens.

« Ici, dans la bande de Gaza, vivre c’est mourir ! » Voilà le témoignage cru d’un habitant de Abassane, un village situé près de Khan Younès, dans la bande de Gaza. Joint par téléphone, Zoher parle des raids incessants de l’aviation israélienne. Il dit cette femme et cet enfant fauchés à quelques rues de chez lui. Il ne s’en étonne plus tant il sait qu’Israël « ne cessera jamais de vouloir tuer les Palestiniens », comme il le clame.

 

Les dirigeants politiques et les responsables religieux sont-ils obligés d’imputer la responsabilité des violences à l’auteur d’un navet foutraque, l’Innocence des musulmans, comme pour accorder des circonstances atténuantes à l’ire des intégristes ? Doivent-ils dénoncer comme une  » provocation  » l’initiative de Charlie Hebdo de publier des caricatures ?

Une résolution commune a été établie par les verts, les sociaux-démocrates et la droite. La GUE/NGL a refusé de s’y associer.

Le texte est en anglais, mais nous en avons traduit les passages les plus parlants.

Vous trouverez ci-dessous les points qui ne sont pas clairs voire carrément inacceptables de cette résolution. Vous trouverez aussi les amendements à ce texte présenté par J.L. Mélenchon et la résolution de la GUE/NGL sur le même sujet dont J.L. Mélenchon est signataire.