Créer des logements très sociaux, passerelles ou tremplins, prévenir les expulsions, définir une politique locale du logement et de l’habitat, lutter contre la spéculation foncière, contre la précarité énergétique, contre la ghettoïsation… Comme l’illustrent ces initiatives d’associations, de bailleurs sociaux engagés, de collectivités territoriales ou de l’État, le mal logement n’est pas une fatalité.

Une nouvelle fois le gouvernement envisage une baisse des APL. Ces mesures, qui font suite à de nombreux rapports sur le coût de ces aides pour le budget de l’ État et celui de la CAF, vont pénaliser gravement une partie de la population.

Le CA de la CNAF émet un avis favorable.

 

Mieux que rien certes, mais au regard de l’inflation sur l’immobilier et les Baux locatifs, en l’absence d’un programme  (pourtant absolument nécessaire) de construction de logements sociaux à bas montant de location, ce coup de pouce à  » l’aide au logement « , ne peut être considéré que comme « un pis aller ». MC.

 

Pour cela la Ministre du logement C. Duflot, « a la solution : céder gratuitement les terrains que l’état possède encore ». Rien que ça !

  1.   C’est terrains appartiennent à l’état donc à chaque contribuable.
  2.  pour construire des logements sociaux manquants dans de nombreuses villes : oui
  3.  pour autant pas question de « donner » le droit de construire à d’autres entreprises que les Offices publiques des HLM organisme municipal, départemental ou national.
  4.  Non à l’exploitation de logements locatifs par des entreprises privées.

MC