Tests pour écoliers – Qu’est-ce qu’ont s’marre!

Des notices délirantes…

Ils ont tout pour eux : ils sont « simples à utiliser », « indolores », et permettent d’« interrompre les chaînes de transmission du virus le plus rapidement possible »… Qui donc ?

Les auto-tests antigéniques à prélèvement nasal, bien sûr !

Présentant sa « stratégie de dépistage en milieu scolaire », le ministère de l’Education nationale a tenu, le 7 mai, à faire savoir que « 60 millions d'[auto] tests ser[aien]t distribués dans les établissements d’ici aux vacances d’été ».

L’objectif ?

Permettre aux personnels éducatifs de contrôler leur santé chez eux deux fois par semaine et aux lycéens de faire de même au sein de l’enceinte scolaire à un rythme hebdomadaire. Voilà pour la théorie…

Dans la pratique, non seulement les proviseurs ne reçoivent, pour le moment, des autotests qu’au compte-gouttes, mais les notices d’utilisation se révèlent parfois très fantaisistes ! Celle de l’autotest Panbio, du laboratoire Abbott (l’un des quatre fournisseurs auprès desquels s’approvisionne l’Education nationale), est un modèle du genre.

Clair comme l’eau de Roche

Alors que l’apparition d’une seule bande colorée sur un autotest au bout de quinze à trente minutes signifie qu’il est négatif (et deux bandes qu’il est positif), Panbio s’emmêle quelque peu les pinceaux.

« Résultat positif : si vous voyez deux lignes, la ligne de contrôle (C) et la ligne de test (T), cela signifie que la Covid-19 a été détectée », indique la notice. Jusqu’ici, tout va bien (si l’on peut dire).

Puis : « Résultat négatif : si vous voyez que seule la ligne de contrôle (C) est présente, cela signifie que la Covid-19 a été détectée. » A tous les coups, on perd !

Explication fébrile de la dircom’ d’Abbott au « Canard » : « Nous avons immédiatement découvert cette erreur et l’avons résolue de toute urgence. L’autotest Panbio peut être utilisé en toute sécurité, et nous nous excusons pour toute confusion. » Pas de quoi !

Après tout, comme le reconnaît un conseiller com’ de Blanquer, le labo ne représente jamais que… « 43 % des commandes d’autotests du ministère à ce jour » !

Précision additionnelle de la rue de Grenelle : « Le fabricant a rédigé une nouvelle notice rectificative sous la supervision de l’Agence nationale de sécurité du médicament, diffusée à l’ensemble des établissements. » Et tant pis si plusieurs proviseurs contactés déclarent n’avoir toujours rien reçu…

Autre gag : d’autres notices semblent réservées aux polyglottes !

Certains modes d’emploi des autotests du laboratoire Roche (destinés aux élèves) sont en effet rédigés en huit langues (anglais, russe, néerlandais…), mais pas en français !

Le ministère a promis aux proviseurs de leur faire parvenir la notice dans la langue de Molière. Thank you ! Spassiba ! Dankjewel !


Clara Bamberger. Le Canard enchaîné. 12/05/2021