Voilà qui fait désordre pour un parti qui a fait du « tous pourris » et de la dénonciation des dérives de « l’UMPS » son fonds de commerce. Pendant la présidentielle de 2012, Marine Le Pen s’était posée en candidate de la « morale publique », enflammant les tribunes de ses diatribes contre les « affairistes » et les « corrompus ».

Le fond de pensée du FN reste le même, c’est seulement dit autrement, mais toujours présent, la preuve, certains militants ne peuvent s’empêcher de faire des raccourcis des phrases pourtant savamment édulcorées émises par la direction, en voilà l’exemple. MC