Financement : Le PS passe du rose au rouge !

Sauf dans le cas d’alliances, les partis politiques qui disparaissent sont toujours préjudiciables à l’expression du pluralisme dans les urnes. Je ne suis pas et n’ai jamais été un adepte du parti socialiste, ses prises de positions depuis que je suis en âge de voter et de m’exprimer politiquement, n’ont j’avais recueilli mon assentiment. La disparition du parti socialiste comme celui du parti communiste français ne reste qu’une volonté éditorialiste et de capitaine d’industrie disposant des médias.

Lire la suite

La schizophrénie guette la rue de Solférino.

Comment afficher « unité et loyauté » au vainqueur de la primaire de la gauche, sans insulter l’avenir pour les législatives de juin, où l’on rêve d’un accord avec En Marche! ?

Lire la suite

Sans programme, il noie l’auditoire de mots sans valeur de proposition.

Depuis que les sondages le présentent comme le deuxième homme de la présidentielle, (…), Emmanuel Macron affronte un pilonnage de plus en plus intense de ses adversaires, de droite comme de gauche.

Lire la suite

Retour sur le : Pschitt, de « La belle Alliance »

L’hypothèse d’une candidature hollandaise ayant fait “pschitt”, la convention nationale de la Belle Alliance populaire du 03 déc. 2016, n’a guère ressemblé à ce qu’elle aurait dû être.

Lire la suite

Les fossoyeurs !

Il fut un temps où le parti socialiste était une organisation permettant de gagner des élections ; après le fourvoiement du quinquennat de François Hollande ou il s’est ingénié à louvoyer dans une libérale société suivant en cela les prescriptions du Medef et de Pierre Gattaz, détruisant les accords entre les différentes tendances internes présentent rue Solférino ; disloquant l’unité de sa majorité élus à l’assemblée nationale; perdant de nombreux sénateurs faisant ainsi perdre la majorité à l’assemblée sénatoriale ; divisant la population sur l’identité nationale, la loi El Khomri ; etc.

Lire la suite