Delphine Batho en est convaincue : ce sont les lobbies énergétiques qui ont eu sa peau. « Certaines puissances économiques n’acceptaient pas le niveau d’ambition que je fixais pour la transition énergétique », dénonçait l’ex-ministre de l’Ecologie après son éviction du gouvernement en juillet 2013.