D’aujourd’hui à demain.

Cette année 2022 de meetings va rappeler pour beaucoup qu’en France, l’élection présidentielle demeure pensée comme la rencontre entre un homme [providentiel] et un pays [imaginaire].

Un imaginaire national, aussi verrouillé que vieilli va être confronté à des programme de certains candidats se proposant de défaire et de libérer de ses pesanteurs historiques et de ses crispations idéologiques.

Il va falloir se décider à : « passer à la moulinette le rapt conservateur des principes républicains, qui nous empêche de penser la République comme garante d’une liberté émancipatrice ; revenir sur le refoulement de la question coloniale et la persistance de l’impérialisme hexagonal ; décrypter le fantasme de la grandeur nationale et le mythe de la « puissance » ; lever le voile, enfin, sur la grande illusion du progrès et de l’innovation, au cœur des politiques économiques de la France depuis les Trente Glorieuses ».

Une autocritique nécessaire pour construire une véritable évolution (révolution?) sociale, vers une société équitable, égalitaire en tous les points.

Sortons de ce lyrisme orale à deux balles… Visons le réalisme !

  • « La France ne peut être la France sans la grandeur. » De Gaulle.
  • « Chère vieille France! La bonne cuisine! Les Folies Bergère! Le Gai-Paris! La Haute Couture […]. C’est terminé ! La France a commencé et largement entamé une révolution industrielle. » Pompidou.
  • « La France n’est pas un pays de réformes, c’est un pays de nouveautés. » Giscard.
  • « Quand la France rencontre une grande idée, elles font ensemble le tour du monde. » Mitterrand.
  • « La France est un vieux pays, mais elle est aussi une nation jeune, enthousiaste, prête à libérer le meilleur d’elle-même pour peu qu’on lui montre l’horizon. » Chirac.
  • « La France n’est jamais aussi prête au sursaut que lorsqu’on la croit sur le déclin.» Sarkozy.
  • « Ma responsabilité, c’est de faire en sorte […] que la France rayonne partout dans le monde grâce à sa culture. » Hollande.
  • « Il y a peu de pays comme la France où on prétend penser le monde entier. » Macron.

Article inspiré par l’édito de la « Revue ‘Le Crieur’ N° 19 – Oct 2021