Enseigner l’engagement partisan

Des préfets en formation chez télé-Zemmour/CNews… !

La chaîne de Vincent Bolloré a participé le 22 octobre à une formation de l’Institut des hautes études du ministère de l’Intérieur à destination du corps préfectoral. Embarras Place Beauvau.

Une visite des locaux de CNews, suivie de tables rondes avec les figures de proue de la chaîne : Sonia Mabrouk, Pascal Praud, Christine Kelly, Mathieu Bock-Côté… Tel était le programme de la journée de formation proposée, vendredi 22 octobre, par l’Institut des Hautes Études du Ministère de l’Intérieur (IHEMI), qui organise régulièrement des « journées d’études et de réflexions » à destination du corps préfectoral et cadres dirigeants des directions générales de l’administration centrale. 

La dernière du genre s’est donc tenue dans les locaux du groupe Canal+, propriété de Vincent Bolloré. Elle était consacrée « aux nouveaux canaux de communication » et a été ponctuée de différentes interventions : celles des stars de CNews donc, mais également celles de la porte-parole de Beauvau, Camille Chaize, de Christian Gravel, un proche de Manuel Valls que Marlène Schiappa a fait nommer à la tête du Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation (CIPDR), ou encore du présentateur Bernard de La Villardière.

Dans l’après-midi, Michaël Nathan, le directeur du service d’information du gouvernement (SIG) et le général Jean-Valéry Lettermann, le chef du Service d’Information et de Relations Publiques des Armées (Sirpa) de la gendarmerie, ont débattu avec la journaliste Christine Kelly et le chroniqueur ultra-conservateur Mathieu Bock-Côté, présenté comme « sociologue, CNews », autour de la question suivante : « Quelle collaboration autour des nouveaux canaux de communication pour contribuer à améliorer la vie publique ? »

Sur les réseaux sociaux, certains participants se sont réjouis de cette journée de formation, avec force smileys et hashtags. C’est notamment le cas de Sylvain Renier, directeur de la stratégie des risques et des relations internationales de l’IHEMI, qui avait organisé cet événement avec le groupe Canal+. « Nous repartons avec de bons enseignements notamment la règle des 5 E : Écouter, Échange, Entretenir le lien, Expliquer, Être soi-même. Et parfois se taire vaut mieux qu’une longue explication », a-t-il écrit sur LinkedIn. Contacté, il n’a d’ailleurs pas répondu. 

L’enthousiasme n’a pourtant pas été partagé par tout le monde au sein de l’institut rattaché à Beauvau. Selon nos informations, cette initiative a même suscité quelques protestations en interne. Une des participantes de la journée se dit surprise par le choix de CNews, chaîne qui fait la part belle, depuis des mois, au polémiste d’extrême droite Éric Zemmour. « C’est effectivement particulier. Est-ce un choix opportun à quelques mois de la présidentielle et dans le contexte actuel ? On peut en douter », indique-t-elle. En tout état de cause, ce choix a été pleinement assumé par l’IHEMI ; son directeur, le préfet Éric Freysselinard, qui s’était chargé du « mot d’accueil » vendredi, l’ayant même relayé sur ses réseaux sociaux. Par l’IHEMI, mais pas vraiment par le cabinet du ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, qui n’avait pas été prévenu en amont. Contacté, Éric Freysselinard n’a, lui non plus, pas répondu à nos questions.

[…]

C’est sur CNews que certains ministres entendent mener campagne contre l’extrême droite, sombrant à leur tour dans le confusionnisme qu’ils pensent ainsi dénoncer. Encore récemment, Jean-Baptiste Djebbari, ministre délégué chargé des transports, profitait d’une interview avec Laurence Ferrari pour fustiger la « politique assez wokiste » (sic) d’Éric Zemmour, qui « pose, selon lui, des débats intellectuels qui sont assez intéressants ». Lorsqu’ils sont interrogés sur le sujet, les responsables de la majorité invoquent la nécessité de ne pas laisser de terrain à l’extrême droite et d’aller la combattre là où elle prospère.

[…]


Antton Rouget et Ellen Salvi – Médiapart. Titre original : « Cnews, des préfets en formation chez Zemmour ? ».

Source (Extraits)