Le chant des colombes

J’me dis souvent : « J’ai pas trop le choix »
À quoi bon chercher si c’est comme ça
Un jour j’ai trop, un jour j’ai pas
Un jour de trop, un jour j’sais pas
Un jour de plus et je m’oublie moi

Ce refrain qui m’emmène, insouciante, je me rappelle
Un instant, j’oublie ma peine

À chacun de mes pas, moi je compte les heures
On se retrouvera dans la joie et sans peur
Je poserai mes pas dans un monde où les gens me répondent
J’entends le chant des colombes

À chacun de mes pas, je sais
À chacun de mes pas
À chacun de mes pas, j’essaye
À chacun de mes pas

Parfois, dedans ça devient si sombre
Je prends sur moi je sens que ça gronde
Comment rêver sans trop d’espoir ?
Comment grandir sans même savoir ?
J’étais sûre qu’il suffisait d’y croire

Ce refrain qui m’emmène, insouciante, je me rappelle
Un instant, j’oublie ma peine

À chacun de mes pas, moi je compte les heures
On se retrouvera dans la joie et sans peur
Je poserai mes pas dans un monde où les gens me répondent
J’entends le chant des colombes

À chacun de mes pas, je sais
À chacun de mes pas (de mes pas, de mes pas)
À chacun de mes pas, j’essaye
À chacun de mes pas (de mes pas, de mes pas)

On récoltera ce que l’on sème
Si je n’y comprends presque rien
J’avance au gré du vent, tant que l’on s’aime
Ce brin de liberté dans mes veines
Moi j’en garde le doux parfum
Rien que pour un instant, j’oublie ma peine

À chacun de mes pas, moi je compte les heures
On se retrouvera dans la joie et sans peur
Je poserai mes pas dans un monde où les gens me répondent
J’entends le chant des colombes


Amel Bent