Le fieleux est de retour

Voici le retour de l’ancien Premier ministre Valls à un an des élections présidentielles…

Soit le vent tourne, soit c’est la girouette qui s’agite. Celui qui, dans la région parisienne, changeait de circonscription au gré de ses chances de devenir quelqu’un, celui qui faisait hier encore des déclarations d’amour à Barcelone après avoir été rejeté par l’écosystème macronien, revient nous donner des leçons comme si le climat n’était pas pas déjà assez délétère comme cela.

C’est vrai que là-bas, à Barcelone, il n’a pas pu déchiqueter la gauche, cultiver la crispation identitaire, utiliser à sa guise l’article 49-3 pour imposer ses lois, imposer une contre-réforme du code du Travail, cracher le matin à la radio contre les Roms « qui ont vocation à retourner en Bulgarie ou en Roumanie ».

On n’a pas voulu de lui à Barcelone. Son score de 13% à la mairie de Barcelone en témoigne. Alors il revient. Et il se surpasse, ou plutôt il dit tout tout haut le fond de sa pensée. La semaine dernière, il s’est prononcé contre l’existence d’un Etat palestinien parce que, a-t-il doctement dit, « s’il y avait un Etat palestinien ce serait un Etat terroriste » !

On le voit : M. Valls ne lésine sur rien. Déjà au pouvoir, il était de ceux qui bataillaient contre l’Observatoire de la laïcité. Aujourd’hui I-il est de ceux qui sautent toujours à pied joint dans la flaque lorsque l’on s’acharne à dénoncer « les ennemis de la République », pèle mêle : l’UNEF, la Ligue de l’enseignement, la Ligue des droits de l’homme, certains journalistes (surtout à gauche)… Par contre il peut parler dans l’hebdomadaire d’extrême droite Valeurs Actuelles du « pèril islamo-gauchiste » et déplorer une « guerre entre races » après n’avoir eu aucun problème à défiler avec l’extrême droite espagnole contre le Premier ministre socialiste espagnol.

Bref, ce retour n’est pas bon pour la France, encore mois pour le débat d’idées. Il ajoutera encore une couche à l’odeur nauséabonde qui empeste le pays. C’est l’objectif recherché, et M. Macron saura le récompenser


Le lettre du 30 mai 2021 de Patrick Le Hyaric (extrait) – Source