La timide condamnation de Donald Trump à la suite des violences mortelles qui ont éclaté, le 12 août, lors d’un rassemblement de groupes d’extrême droite à Charlottesville en dit long sur sa responsabilité dans le climat de racisme qui sévit aux États-Unis, estime cet éditorial du Los Angeles Times.