[Pour Florence Portelli parlant d’Emmanuel Macron]: « … Je comprends qu’il séduise des électeurs de droite : il a fait des réformes que nous n’avons jamais été capables de faire, comme la réforme du Code du travail […]. Mais on oublie surtout qu’en arrivant après François Hollande, « il » pouvait difficilement faire pire ».

François Fillon défend mieux que personne cette petite caste dénoncée par Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot. Dès le départ il a intégré dans son équipe de campagne l’ancien patron Henri de Castries dont le salaire mensuel moyen était 235.000€ durant ses sept dernières années comme PDG du groupe d’assurances Axa.

Du fait de l’alternance politique en région, les associations de protection de la nature et les réseaux de la gauche paysanne voient leurs financements diminuer drastiquement. Un mouvement qui témoigne d’une vision de l’environnement et de l’agriculture coupée des considérations écologiques.