Un cri d’alarme est lancé par des élus et des associations regroupant directeurs et cadres des laboratoires publics départementaux. Depuis la loi sur l’eau et les milieux aquatiques de 2006, l’analyse de la qualité de l’eau du robinet, gérée par les agences régionales de santé (ARS), est en effet devenue un marché très rentable qui prend le chemin d’un scandale national en matière de santé publique.

Une réforme en passe d’être adoptée pourrait faire basculer les laboratoires d’analyses médicales aux mains de groupes financiers.

Le 22 février, une proposition de loi sur la réforme de la biologie médicale sera examinée à l’Assemblée nationale, le texte ayant été adopté au Sénat le 5 février. Supposée « mieux encadrer la biologie médicale afin de réduire les erreurs des analyses médicales et de freiner les dérives financières », elle inquiète de nombreux professionnels.