Il y a l’info « voulue » et l’info « ressentie », l’info « orientée » et l’info « raisonnée »… dans ce « pataquès » des annonces émises pré et post électorales présidentielles brésiliennes, difficile de se faire une réelle idée de ce qui se passe au Brésil. Cet article vous amènera-t-il des clés ? – MC

Jair Bolsonaro, candidat de l’extrême droite, a été officiellement déclaré dimanche soir [28 Oct 2018] élu à la présidence du Brésil. En dépit d’un recul de dernière minute dans les intentions de vote, le candidat du Parti social-libéral s’impose au second tour face à Fernando Haddad, son adversaire du Parti des travailleurs (PT).

[…] Nous sommes le vendredi 19 octobre, la nuit tombe à Salvador de Bahia, dans la région du Nordeste, au Brésil. Le lendemain doit avoir lieu la deuxième manifestation du mouvement #EleNao (« pas lui ») contre le candidat d’extrême droite à la présidentielle, Jair Bolsonaro, ce militaire de réserve au discours phallocrate, raciste et homophobe.

Culture et élevage intensifs et concentrés, produisent des désastres écologiques notamment sur l’ eau et l’ environnement dont nos enfants pâtiront. Ne pensons pas que ce problème est loin de nos contrées, la multiplications des immenses fermes ou le bétail s’entasse en France, la production a grande échelle de céréales (Maïs entre autre) demandant beaucoup d’eau, poseront un jour ou l’autre des problèmes d’approvisionnement en eau dans les foyers.

Les manifestations se multiplient dans les grandes villes du Brésil. (…) Dans l’Etat de São Paulo, c’est la question de l’eau qui cristallise le mécontentement : la région connaît l’une des plus graves pénuries de l’histoire du pays. Les coupures peuvent durer plusieurs jours…