Étiquettes

Le confinement n’a fait qu’accentuer la découverte de la culture via Internet. Ainsi s’est invité dans le salon la pratique du numérique pour des concerts en ligne, des pièces de théâtre, des expositions virtuelles, des visites de monuments ou de sites spécifiques. Ce changement de consommation de la culture n’est-il pas un danger à terme ? MC

L’enquête du ministère de la Culture : une fracture générationnelle ?

Réalisée tous les huit à dix ans, l’enquête du ministère de la Culture interroge les Français de 15 ans et plus sur leurs pratiques culturelles dont elle sonde la fréquence.

La première date de 1973, la sixième a été réalisée entre février 2018 et mars 2019. Elle montre que l’écart s’accentue entre les baby-boomers (gros consommateurs de livres, musées, cinéma et spectacles) et les plus jeunes, qui maîtrisent les outils du numérique pour voir des vidéos, écouter de la musique en ligne ou consulter les réseaux sociaux.

La révolution numérique creuse l’écart entre le monde de la culture dite « classique » et celui de la culture numérisée. Portée par le numérique et l’audiovisuel, la culture occupe néanmoins une place croissante dans le quotidien des Français. L’écoute de musique explose quel que soit l’âge, le milieu social ou le territoire : 81 % ont écouté de la musique en 2018 (contre 66 % en 1973).

L’audiovisuel en ligne progresse chez les jeunes, qui préfèrent les vidéos et les réseaux sociaux (notamment pour s’informer) à la télé ou à la radio. L’écoute de podcasts reste minoritaire et liée au niveau d’éducation et à la catégorie socioprofessionnelle.

Le jeu vidéo progresse : 39 % des femmes et 49 % des hommes jouent en 2018, contre 15 % et 24 % en 1997.

Si la fréquentation des cinémas, lieux de spectacle vivant, musées, monuments et sites historiques, festivals est en hausse, elle est surtout portée par les plus de 40 ans. Les jeunes restent fidèles au cinéma, mais les 40-59 ans et les plus de 60 ans sont de plus en plus nombreux à s’y rendre.

Les publics du théâtre et la danse se développent depuis cinquante ans, mais les jeunes de 2018 y vont moins que les jeunes des générations précédentes.

Même chose pour les musées : la fréquentation augmente légèrement depuis 1973, mais elle est de plus en plus liée au milieu social : 80 % des cadres ont visité un site patrimonial en 2018, contre 32 % des employés et ouvriers. Ils étaient respectivement 70 % et 44 % en 1973.

Fait notable : les visites virtuelles et les visites in situ attirent les mêmes publics. Ce qui ne règle pas la question de la démocratisation culturelle.


Plus d’infos CLIC


Sophie Rahal. Télérama. Titre original : « Les Français et la culture : le futur sera-t-il tout-numérique ? ». Source (Extrait)