Est-ce la course à l’électorat ?

 […] Dans la foulée du discours du président de la République à Mulhouse (Haut-Rhin), la semaine dernière, ces élus macronistes ont cherché à « clarifier l’enjeu » et à « apporter une réponse à la fois ferme et sereine ».

Il s’agit de « mener le combat de reconquête républicaine » et de « lutter pour faire en sorte que les valeurs de la République soient partout présentes », a expliqué, mardi, Francis Chouat, coordinateur de ce groupe de travail, député apparenté LR-EM de l’Essonne […].

Parmi les pistes avancées, ces députés défendent la création d’un « centre de formation indépendant, une école nationale de théologie musulmane » à destination des « cadres du culte musulman ». « Il est temps de doter notre pays d’un établissement autonome », a défendu Florent Boudié, député LR-EM de Gironde.

Cette école serait « le cœur de la contre-offensive théologique dans la lutte contre les fondamentalismes et les rigorismes et toutes les dérives de l’islam dévoyé », et doit être imaginée « avec l’ensemble des musulmans ». « Rien ne serait pire qu’il soit considéré comme l’outil de la République contre une partie des musulmans », a souligné Florent Boudié.

Établissements hors contrat

Le développement d’une « filière française » permettrait ainsi de « protéger les imams et le culte musulman des dérives potentielles, de l’amalgame permanent entre les islamistes et le culte musulman », a ajouté Ludovic Mendès, député LR-EM de Moselle.

Ces parlementaires suggèrent, conformément à la loi de 1905, que l’État prenne en charge « la formation civique, sur le contexte religieux », et que la formation théologique soit régie par le Conseil français du culte musulman (CFCM). C’est d’ailleurs à cette instance « qu’il revient de créer les conditions d’une labellisation, d’une habilitation propre à la communauté des musulmans qui permette un meilleur contrôle des imams en France », selon Florent Boudié.

À une révision de la loi de 1905 – un temps envisagée par l’exécutif -, ces députés de la majorité préfèrent faire en sorte de « mieux séparer les activités cultuelles et culturelles en clarifiant les statuts conférés par la loi du 1er juillet 1901 » par rapport à celle de 1905. […]


Mathilde Siraud. Le Figaro. Titre original : « Des députés LREM veulent créer une école nationale pour les imams ». Source (extrait)


Une réflexion sur “Est-ce la course à l’électorat ?

  1. jjbey 28/02/2020 / 13:35

    L’Etat ne peut se mêler de l’organisation des cultes, les croyants de quelque religion que ce soit s’en chargent librement dans le cadre des règles de la République. L’utilisation des croyance à des fins contraires aux règles de la République est répréhensible et les tribunaux doivent être saisis. Toute la loi de 1905 et rien que la loi.

Laisser un commentaire